DE | FR

A Hong Kong, la démocratie se courbe un peu plus face à la Chine

epa09043856 Pro-democracy activists hold banners in support of arrested fellow activists outside the West Kowloon Court in Hong Kong, China, 01 March 2021. Police have charged 47 pro-democracy activists with conspiracy to subvert state powers under the National Security Law. The group of arrestees comprises most of the 55 people arrested in January 2021 under the national security law over primary elections held in July 2020. EPA/JEROME FAVRE

Les ambitions de Pékin pour annexer Hong Kong à la Chine continentale n'est plus un secret. Pourtant, le principe «un pays, deux systèmes» est censé être en vigueur jusqu'en 2047. Image: EPA

L'Union européenne et les Etats-unis ont dénoncé jeudi la réforme du système électoral de Hong Kong imposée par la Chine. Elle a menacé Pékin de «prendre des mesures supplémentaires» contre cette violation du principe «un pays, deux systèmes».



Le Parlement chinois a approuvé jeudi à la quasi-unanimité une réforme du système électoral de l'ancienne colonie britannique. Celle-ci donnera au pouvoir un droit de veto sur les candidats de l'opposition militant pour la démocratie aux élections législatives. Les Vingt-Sept et Washington dénoncent une loi qui viole les valeurs démocratiques et ayant un impact sur le principe «un pays, deux systèmes».

Que veut dire «un pays, deux systèmes»?

La formule « Un pays, deux systèmes » a été énoncée par l'ancien secrétaire général du Parti communiste chinois, Deng Xiaoping, en 1997, à propos de la rétrocession de Hong Kong (qui était alors sous souveraineté britannique depuis 1842) à la Chine. Elle signifie que Hong Kong peut faire partie de la Chine sans qu'on y applique les mêmes règles politiques et économiques.

Des restrictions pour faire cesser la répression contre l'opposition pro-démocratie

A la lumière de cette toute récente décision, l'Union européenne envisage de prendre des mesures restrictives et accordera une «attention accrue à la situation à Hong Kong». Les vingt-sept tentent en vain depuis des mois de peser pour contraindre Pékin à respecter le principe «un pays deux systèmes» et faire cesser la répression contre l'opposition pro-démocratie à Hong Kong.

Antony Blinken, secrétaire d'Etat des Etats-unis, dénonce les mesures anti-démocratique de Pékin et soutient Hong-Kong.

Des «attaques persistantes»

Les Etats-Unis ont condamné les «attaques persistantes» de la Chine «contre les institutions démocratiques de Hong Kong» et appelle les autorités à tenir des élections du conseil législatif «transparente et crédible» en septembre.

En juillet 2020, l'UE manifestait déjà son opposition aux derives autoritaires de Pékin. L’élément déclencheur: la «loi sur la sécurité nationale». Une réponse aux gigantesques manifestations de 2019. Son objectif? Faire peur, et faire passer l'ex-colonie britannique du chaos à l’ordre, quitte à étouffer les libertés de ce territoire semi-autonome.

Hong Kong Riot police detain a protester during a protest in Causeway Bay, Hong Kong, Friday, June 12, 2020. Protesters in Hong Kong got its government to withdraw extradition legislation last year, but now they're getting a more dreaded national security law, and the message from Beijing is that protest is futile. (AP Photo/Vincent Yu)

Plus de 10 000 arrestations ont eu lieu depuis le début de «la loi sur sécurité nationale». Image: AP

De ce fait, Hong Kong, la ville la plus libre de Chine, entre dans une ère d’autoritarisme qui inquiète la plupart des habitants et des pays démocratiques. Cette nouvelle loi donne au régime communiste des pouvoirs judiciaires sans précédent.

Les Européens ont limité les exportations d'équipements utilisables pour la surveillance et la répression et ont adopté une série de mesures pour aider la société civile. L'impact de ces mesures a été évalué lors d'une réunion le 22 février et de nouvelles dispositions ont été examinées face à la dégradation de la situation, avait annoncé le représentant des affaires étrangères de l'UE, Josep Borrell. (ats/afp/ga)

Plus d'articles «International»

L'Italie ordonne la vaccination à ses soignants

Link zum Artikel

Les témoins du meurtre de George Floyd racontent l'horreur

Link zum Artikel

Le Royaume-Uni semble s'être débarrassé de l'hésitation vaccinale

Link zum Artikel

L'Etat de New York légalise la weed

Link zum Artikel

En Biélorussie, l'opposition appelle à nouveau à manifester

Link zum Artikel

5 questions que pose le fameux passeport vaccinal

Link zum Artikel

L'homosexualité reste un «péché» pour le Vatican

Link zum Artikel

Le vaccin local sera nécessaire pour entrer en Chine

Link zum Artikel

Le président turc humilie la présidente européenne

Link zum Artikel

L'Europe met fin à la fuite de l'indépendantiste catalan Puigdemont

Link zum Artikel

Trop fortes, les joueuses trans font peur au rugby

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

L'Union européenne devient une «zone de liberté» pour les LGBT

L'Union européenne passe un message fort, en réponse à ce qui arrive en Hongrie et en Pologne. Explications.

L'Europe doit devenir une «zone de liberté pour les personnes LGBT». Cette résolution, adoptée par le parlement européen ce jeudi, est une déclaration symbolique. Celle-ci répond aux «zones sans idéologie LGBT», voulues par des associations conservatrices, en Pologne.

L’homosexualité est légale dans tous les états membres et la discrimination à l’embauche est bannie depuis l'an 2000. Par contre, dans certains pays, plus conservateurs, les gouvernements cherchent des excuses pour limiter …

Lire l’article
Link zum Artikel