DE | FR

Les talibans tuent du personnel de santé en Afghanistan

Image: Shutterstock
Quatre vaccinateurs anti-polio ont été tués et quatre employés blessés dans une série d'attaques apparemment concertées dans l'est de l'Afghanistan.
15.06.2021, 11:5816.06.2021, 17:22

Des envoyés spéciaux, présents en Afghanistan pour immuniser des enfants contre la polio, ont été tués, mardi, par des hommes armés, selon le ministère de la Santé. Les autorités ont précisé que les attentats s'étaient déroulés dans trois lieux différents.

Selon le porte-parole du ministère, les attaques se sont toutes produites entre 30 minutes et une heure d'intervalle les unes des autres, dans la province du Nangarhar. Trois autres employés du programme de vaccination ont été blessés dans une troisième attaque.

«Il s'agissait d'attaques préparées et coordonnées par l'ennemi. C'est l'oeuvre des talibans, ils visent le personnel de santé et privent les gens des vaccins anti-polio.»
Farid Khan, porte-parole de la police du Nangarhar

Au moment où les troupes américaines parachèvent leur retrait du pays, qui doit se terminer d'ici au 11 septembre, les talibans accentuent leur pression militaire sur l'armée afghane en province.

«Nous sommes rendus à un point où des employés du déminage, des infirmiers, des vaccinateurs, des défenseurs des droits de l'homme et toutes ces personnes qui essaient de sauver des vies, et celles de nos enfants, sont systématiquement tuées. Et il n'y a aucun mécanisme de prévention ni aucune sanction pour les auteurs.»
Sharzahad Akbar, cheffe de la Commission indépendante des droits de l'hommetwitter

L'Afghanistan a lancé, fin mai, sa seconde campagne annuelle de vaccination anti-polio à destination de près d'un million d'enfants de moins de cinq ans, avec le soutien de l'Unicef (Fonds des Nations unies pour l'enfance) et de l'Organisation mondiale de la santé. (ats)

1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Les raisons de la perquisition chez Trump vont rester top secrètes
Vendredi dernier, à la demande des procureurs, un juge avait rendu public le mandat autorisant la perquisition et une liste des documents saisis.

Le ministère américain de la Justice s'est opposé lundi à la publication d'un document judiciaire censé donner les raisons qui ont poussé les enquêteurs fédéraux à mener une perquisition inédite chez Donald Trump. Celle-ci a eu lieu la semaine dernière.

L’article