DE | FR
Image: Shutterstock

L'Australie, cancre dans la lutte contre le changement climatique

L'immense pays, qui continue d'extraire son carbone, est de plus en plus isolé du reste du monde de par son approche obstinée de la crise climatique.
13.09.2021, 21:4214.09.2021, 15:02

Alors que la planète brûle, l'Australie continue d'extraire son charbon. Jeudi, le Premier ministre australien Scott Morrison a avoué à demi mot avoir fait pression sur le Royaume-Uni pour qu'il abandonne certaines clauses climatiques contenues dans un accord commercial.

«De tous les pays développés, l'Australie est la moins bien placée en matière de climat. Il est clair que l'Australie sera tout simplement absente des pourparlers», a ainsi déclaré à CNN Bas Eickhout, membre néerlandais du Parlement européen.

Des exportations qui rapportent

Pour rappel, l'Australie a refusé de fixer un objectif de zéro émission de carbone. Le continent reste l’un des principaux exportateurs d’énergies fossiles au monde. Les exportations de charbon ont rapporté 50 milliards de dollars australiens (près de 34 milliards de francs) en un an et l’industrie représente 50’000 emplois directs, a souligné le ministre australien des Ressources, Keith Pitt.

Les récents incendies, la sécheresse et les cyclones d’une rare intensité qui ont frappé le pays sont, selon des scientifiques, aggravés par le changement climatique. Les défenseurs de l’environnement assurent que l’inaction sur cette question pourrait coûter des milliards d’euros à l’économie du pays. (hkr avec ats)

Les incendies aux Etats-Unis

1 / 12
Les incendies aux Etats-Unis
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Facebook «doit des réparations» aux Rohingyas, selon Amnesty
Depuis 2017, des centaines de milliers de musulmans rohingyas ont fui une répression sanglante de l'armée et de milices bouddhistes en Birmanie.

Les systèmes d'algoritmes de Facebook «ont promu la violence contre les Rohingyas». Meta «doit des réparations» aux victimes pour avoir laissé se propager sur sa plateforme des messages de haine contre cette minorité ethnique, affirme Amnesty International:

L’article