DE | FR

Après le Texas et l'Idaho, l'Oklahoma restreint l'accès à l'avortement

Plusieurs dizaines de manifestants se sont rassemblés devant le siège du Capitol (le parlement local), à Oklahoma City.
Plusieurs dizaines de manifestants se sont rassemblés devant le siège du Capitol (le parlement local), à Oklahoma City.Image: sda
Cet Etat conservateur accueillait depuis quelques mois des milliers de Texanes cherchant à avorter, après le passage d'un texte similaire dans cet Etat voisin.
29.04.2022, 05:1629.04.2022, 09:14

Le parlement de l'Oklahoma, dans le sud des Etats-Unis, a approuvé jeudi un texte de loi interdisant l'avortement après six semaines de grossesse. Outre le Texas et l'Oklahoma, plusieurs textes limitant également l'accès à l'IVG ont été votés dans d'autres Etats comme la Floride ou le Mississippi.

Le texte voté par la chambre basse du parlement de l'Oklahoma prévoit des exceptions médicales pour l'accès à l'avortement, mais pas en cas de viol ou d'inceste. Il doit désormais arriver sur le bureau du gouverneur républicain, qui devrait le signer et le faire entrer en vigueur.

Quelques heures après le premier vote à la chambre basse, le Sénat de l'Oklahoma a approuvé un autre texte interdisant cette fois-ci toute interruption volontaire de grossesse (IVG) quel que soit l'état d'avancement de la grossesse, mais comportant des exceptions en cas d'urgences médicales, de viol ou d'inceste. Ce texte-ci va désormais faire la navette parlementaire vers la chambre basse.

Le 1er septembre 2021, une des lois anti-avortement les plus restrictives des Etats-Unis est entrée en vigueur dans l'Etat républicain du Texas, interdisant toute IVG à partir du moment où un battement de coeur du foetus est perceptible à l'échographie, soit quatre semaines environ après la fécondation.

Avec 30 millions d'habitants, le Texas est le deuxième Etat le plus peuplé du pays, et cette loi a conduit les patientes vers les cliniques vite submergées d'autres Etats, dont l'Oklahoma, les contraignant faute de place à retarder inexorablement leur IVG.

Examen à la Cour suprême

La légalité du texte contre l'avortement, notamment dans le Mississippi, est en examen à la Cour suprême des Etats-Unis, avec une décision attendue en juin.

«L'Oklahoma est un Etat essentiel pour l'accès à l'avortement en ce moment, beaucoup de Texanes fuyant vers l'Oklahoma pour (obtenir) recevoir un avortement. Ces interdictions décimeraient davantage l'accès à l'avortement à travers le sud des Etats-Unis.»
Nancy Northup, présidente de l'association Center for reproductive rights, qui défend le droit à avorter.

Lors de l'examen du dossier, ses juges conservateurs, désormais ultra-majoritaires (six sur neuf), ont laissé entendre qu'ils pourraient en profiter pour réduire voire annuler le droit à l'avortement. Reconnu dans l'arrêt historique «Roe v. Wade» de 1973, ce droit est aujourd'hui valable tant que le foetus n'est pas viable, soit vers la fin du deuxième trimestre. (ats/jch)

Un peu d'humour avec Copin comme cochon: La baroudeuse

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Vous n'irez nulle part» - Ce chauffeur vire des clients racistes
Tous les héros n'ont pas de cape. Aux Etats-Unis, un chauffeur blanc a sommé ses clients de sortir de son véhicule après des remarques racistes.

La dashcam de Jimmy Bode, un chauffeur Lyft de Pennsylvanie, concurrent de Uber aux Etat-Unis, est devenue virale après avoir confronté deux clients racistes qui avaient réservé son véhicule.

L’article