averses éparses
DE | FR
International
Brésil

Brésil: la déforestation de l'Amazonie à son pire niveau depuis 10 ans

Au Brésil, la déforestation de l'Amazonie à son plus haut niveau depuis 10 ans
Image d'illustration / Shutterstock

La déforestation en Amazonie atteint son pire niveau depuis 10 ans

La zone brésilienne de la forêt amazonienne a perdu 10'476 km² entre août 2020 et juillet 2021, selon un nouveau rapport. C'est le chiffre le plus haut pour la région depuis une décennie.
23.08.2021, 10:1823.08.2021, 11:33
Plus de «International»

10'476 km2 de superficie détruits. C'est treize fois la taille de New York et neuf fois la ville de Rio de Janeiro. Au Brésil, la déforestation de l'Amazonie a atteint son pire niveau depuis 2012, selon un nouveau rapport de l'institut Imazon cité par le Guardian. En un an, la destruction a augmenté de 57%.

Depuis l'arrivée de Jair Bolsonaro au pouvoir, en 2019, la déforestation s'est accélérée dans le pays. Chercheur à Imazon, Carlos Souza a affirmé au Guardian:

«Le Brésil va à l'encontre de l'agenda climatique mondial qui cherche à réduire de toute urgence les émissions de gaz à effet de serre»

Selon lui, la déforestation est toujours hors de contrôle. Il appelle le gouvernement a reprendre tout de suite des actions pour mettre un terme à cette destruction, y compris celle qui est illégale. (ASe)

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Poutine n'est pas la plus grande menace pour l'Ukraine
Samedi, l'agression de l'Ukraine fêtera un terrible anniversaire. Ironie du sort, l'annexion de la Crimée célèbre, elle, ses dix ans. Une double peine pour un pays et un président qui n'ont jamais été aussi loin de gagner la guerre et... l'adhésion d'un monde occidental qui fatigue. Il est temps d'offrir une définition plus pertinente à cette «victoire» qui peine à convaincre.

Le 24 février 2022, à l'aube, l'Europe se faisait tirer du lit par une «opération militaire spéciale» qui ébranlera toute la baraque. Vladimir Poutine, l'œil scotché sur l'objectif, annonçait sans trembler l'arrivée des blindés sur le sol ukrainien. Bordel, l'Ukraine, c'est quoi? C'est où? Zelens... qui? Très vite, l'Europe comprend que ce pays qu'on applaudissait à l'Eurovision n'est pas aussi loin que le Yémen. Que les premiers cadavres qui allaient tomber dans la journée conduisaient «les mêmes voitures que nous». Que les premiers réfugiés qui intégreraient nos familles jouent à la PlayStation et s'habillent chez H&M.

L’article