DE | FR

La Chine demande l'annulation d'une réunion sur les Ouïghours

epa09095821 Uyghur protestors who have not heard from their families living in East Turkestan hold placards and Uyghur flags during a protest against China, in Istanbul, Turkey, 25 March 2021. Chinese Foreign Minister Wang Yi held a meeting with President Recep Tayyip Erdogan and his Turkish counterpart Mevlut Cavusoglu in Ankara on Thursday as Uighur Muslims protested against the treatment of their ethnic kin in the farwestern Chinese region of Xinjiang. The protest aims to highlight the critical situation of alleged human rights abuses of the Uyghur people and many other minority groups across the Xinjiang (East Turkestan) area in China.  EPA/SEDAT SUNA

la Chine est est-elle dos au mur sur le dossier des Ouïghours? Image: sda

La Chine ne veut pas que d'autres pays interfèrent dans ses affaires intérieures.



Le dragon chinois se sent-il menacé? La Chine a réclamé lundi 10 mai aux Etats-Unis, à l'Allemagne et au Royaume-Uni d'annuler une visioconférence mercredi sur la répression de la minorité musulmane des Ouïghours. Elle a appelé les membres de l'Onu à ne pas y participer.

Pékin «exhorte les co-organisateurs à immédiatement annuler cet événement qui interfère dans les affaires intérieures de la Chine, et appelle les autres États membres à le rejeter». «La situation actuelle au Xinjiang n'a jamais été aussi bonne historiquement, assure la mission chinoise auprès des Nations-unis dans un communiqué repris par le South China Morning Post.

«Cet événement est fondé sur de purs mensonges et des préjugés politiques»

La mission diplomatique chinoise auprès des Nations unies

Les Etats-Unis ont récemment considéré pour leur part que la répression de la minorité musulmane ouïghoure dans la région du Xinjiang, avec des camps de concentration, équivalait à un «génocide». Ce à quoi Pékin répond par la provocation. «Les Etats-Unis prétendent se soucier des droits humains des musulmans malgré le fait mondialement connu qu'ils ont tué des musulmans en Afghanistan, en Irak et en Syrie»

Des centres de formation professionnelle ?

La Chine dément catégoriquement les accusations et affirme que les «camps» sont des «centres de formation professionnelle» destinés à éloigner la population de l'extrémisme religieux et du séparatisme, après une série d'attentats attribués à des Ouïghours.

Lors de la réunion mercredi, des interventions sont attendues de la part des ambassadeurs auprès de l'ONU des Etats-Unis, de l'Allemagne et du Royaume-Uni. Mais aussi de représentants des Ouïghours, ainsi que de l'ONG Human Rights Watch, co-organisatrice de l'événement. (ga)

Plus d'articles concernant la Chine

Un rapport de l'OMS sème le trouble entre la Chine et les USA

Link zum Artikel

Un deuxième canadien face à la justice chinoise pour «espionnage»

Link zum Artikel

Les Etats-Unis cherchent à se réconcilier avec la Chine

Link zum Artikel

La Chine devient le premier partenaire commercial de L'UE

Link zum Artikel

Le Parlement canadien reconnaît le génocide ouïghour, la Chine fâchée

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

«Un risque sérieux de génocide», la Belgique met en colère la Chine

Le Parlement belge a reconnu la menace qui plane sur la minorité ouïghoure en Chine. Ce qui n'a pas tellement plus à Pékin.

La Chine a mis la Belgique en garde, mercredi, contre une dégradation des relations entre les deux pays, après le vote d'une commission du Parlement belge dénonçant au Xinjiang (nord-ouest chinois).

Les députés belges se sont inquiétés, mardi, du sort de la minorité musulmane ouïghoure au Xinjiang, dont un million de membres a été placé en centres de rééducation politique, selon des organisations de défense des droits humains.

Le vote intervenu en commission des Relations extérieures doit être …

Lire l’article
Link zum Artikel