larges éclaircies
DE | FR
International
Chine

Chine: ces jeunes «SDF du streaming» qui envahissent les trottoirs

Image

Des jeunes «SDF du streaming» envahissent les trottoirs chinois

Plusieurs vidéos dévoilant de jeunes Chinois à même le bitume, sous un viaduc et manifestement en live devant leur smartphone, ont plongé les réseaux sociaux dans un inconnu dystopique plutôt effrayant. Qu'est-ce que c'est que ça, encore?
17.02.2023, 18:49
Suivez-moi
Plus de «International»

Au premier coup d'œil, on croit voir un camp de homeless rangé dans une zone industrielle de Los Angeles. Notre œil, forcément sous influence, on pense même apercevoir des tentes et des caddies, c'est vous dire. Un détail, pourtant, rend la scène peu conventionnelle: la lumière, vive et habillée de pink. En réalité, nous avons affaire à plusieurs dizaines d'auréoles, arme fatale de tout influenceur éclairé, alignées sur un trottoir et à perte de vue.

Devant les sources lumineuses, de jeunes Chinois. Beaucoup de filles. Pour la plupart, des chanteuses. Tout autour, un méli-mélo de câbles, de micros, de tables de mixage et d'accessoires. Un happening? Une convention Tech délocalisée? Un mirage dystopique? Des mendiants du futur? Rien de tout ça ou tout à la fois. Ce sont des streameurs. Comprenez, des gens qui se filment et diffusent en direct du contenu par l'intermédiaire de plateformes comme Twitch en Occident, Youku, Douyin ou Taobao (un site d'achat extrêmement populaire) en Chine.

Que font-ils dans la rue? Qui sont-ils?

C'est là que ça se complique (oui, déjà). Toutes ces vidéos, apparues sur les réseaux sociaux cette semaine, puis repartagées avec de la circonspection au bout du clavier, n'ont qu'une seule et unique source: Naomi Wu, ou plutôt 机械妖姬 ou encore SexyCyborg. Pour se faire une idée du personnage, dans ses bottes blanches compensées, se planque l'attirail du parfait pirate informatique.

«Il n'y a jamais assez de poches sur les habits prévus pour les filles, alors on se débrouille avec ce qu'on peut»
Naomi Wu
Image

En Chine, c'est une célébrité. Une personnalité d'internet, comme on dit. Sur YouTube, près de deux millions de personnes sont pendues à son contenu. Comme l'un de ses surnoms l'indique, c'est une cyberpunk qui excelle en qualité de makeuse. Pour faire court, les makers sont des petits génies de l'informatique, en rogne contre la Silicon Valley et en mode do it yourself, qui fabriquent, codent et mettent au point des bidules en communauté. Naomi Wu rêve, entre autre, d'une race humaine augmentée, qui se mettrait à niveau pour être plus intelligente.

En début de semaine, Naomi Wu a posté un thread sur Twitter, dégoupillé par le sibyllin «Sale temps pour les e-thots». E-thots? «Les filles à la recherche d'attention sur Instagram ou Tik-Tok», nous éclaire Urban Dictionary. Affirmer que son post a rencontré un certain succès serait un euphémisme. Surtout, personne ne comprend ce qu'il est en train de regarder.

L'explication de Naomi Wu

Selon la makeuse, tout est de la faute des algorithmes. Elle explique d'abord que «les plateformes de streaming permettent aux utilisateurs de rechercher les quartiers les plus aisés». Pour augmenter leurs chances de pourboires ou vendre davantage de produits, les streamers essaieraient de contourner les algorithmes de recommandation de contenu basés sur la localisation. Pour toucher un public qui a de l'argent.

En Chine, plusieurs plateformes de streaming offrent, en effet, aux internautes la possibilité de suivre des lives filmés dans leurs parages. Sur Twitch, par exemple, impossible de trouver des streamers «proche de chez toi».

Image

Dans son thread, Naomi Wu suggère que ces jeunes sont employés par des sociétés de streaming, mais affirme que c'est un hobby et que ces filles« ont toutes un travail ou des études la journée».

«Vous êtes peut-être un ouvrier d'usine ou une réceptionniste. Le soir, vous êtes une micro-célébrité, vous chantez, vous dansez, vous divertissez. Et alors?»

Comme le précise par exemple le célèbre streameur français Jean Massiet, sur Twitter, difficile de «recouper ces informations» et de dénicher d'autres vidéos sur ce phénomène.

Manifestations antigouvernementales en Chine
Video: watson
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Le groupe de médias Vice veut supprimer des centaines de postes
Le groupe d'information Vice Media a annoncé jeudi que le titre ne publiera plus sur son site web phare et qu'il supprimait plusieurs centaines d'emplois.

Axé sur un public jeune et connu pour ses contenus audacieux sur l'actualité et la société, Vice faisait partie des étoiles montantes d'une nouvelle génération de médias en ligne, avant de déposer son bilan en mai.

L’article