DE | FR

La chaleur en Arctique, responsable du froid en Europe

Certaines régions d'Allemagne, comme ici à Berlin dimanche, font également face à la neige et le froid.

Image: sda

La mer de l'Arctique, débarrassée de sa banquise sous l'effet du réchauffement, contribue directement aux chutes de neige plus extrêmes en Europe.



L'épisode glacial de 2018 surnommé «la Bête de l'Est» en est un bon exemple: le réchauffement de la mer de Barents à un impact sur les chutes de neige. Cet événement qui avait paralysé une grande partie du nord de l'Europe, pendant deux mois, avait coûté plus d'un milliard d'euros par jour rien qu'au Royaume-Uni.

Selon une étude publiée jeudi dans la revue Nature Geoscience, ces tempêtes de neige exceptionnelles étaient une conséquence directe des eaux «anormalement chaudes» dans la mer de Barents. 60% de la surface avaient été libéré de la banquise quelques semaines avant cet événement.

Entre 1988 et 2019, la banquise en Arctique a baissé de près de 96 % en hiver

Avec le réchauffement de l'Arctique, plus rapide que le reste de la planète, l'air froid et la basse pression typique des pôles durant les saisons froides est plus enclin à se déplacer vers le Sud.

7 600 milliards de tonnes de glace ont fondu entre 1994 et 2017

L'étude conclut que si les tendances actuelles du réchauffement se poursuivent, la mer de Barents libérée de la banquise sera une source majeure d'humidité pour l'Europe continentale. Elle provoquerait d'importantes pluies ou chutes de neige, avec leurs lots d'impacts sur les infrastructures et le trafic.

«Cela voudra dire des perturbations dans l'approvisionnement en nourriture, en carburant, la destruction de cultures...»

Jeffrey Welker, de l'Université d'Alaska à Anchorage

Cela peut sembler contre-intuitif que le réchauffement de l'océan en Arctique provoque plus de neige en Europe, mais la nature est complexe et ce qui se passe dans l'Arctique ne reste pas dans l'Arctique. (ats)

Les photos des expéditions du glaciologue Matthias Huss

1 / 7
Les photos des expéditions du glaciologue Matthias Huss
source: matthias huss / matthias huss
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles sur les luttes climatiques

Ça vous dirait d'être payés en billets (vraiment) verts?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

Les jeunes feront la grève, mais assis en petits paquets

Link zum Artikel

Les scientifiques à la rescousse des eaux suisses

Link zum Artikel

Les scientifiques à la rescousse des eaux suisses

Comment les changements climatiques vont-ils perturber les eaux suisses? La communauté scientifique a présenté ce mardi les grandes conclusions d'une gigantesque étude nationale et voici ce qu'il faut en retenir.

Les menaces sont connues. Pénurie d'eau en été, hausse des dangers naturels ou biodiversité menacée: tels pourraient être les effets du changement climatique sur les ressources hydriques. Pour échapper au scénario catastrophe, la Confédération a chargé l'Office fédéral de l'environnement (OFEV) en 2014 d'analyser ce qu'il se passait dans nos lacs, glaciers, torrents et autres réserves d'eaux souterraines. Presque 7 ans plus tard, et après avoir sollicité 15 instituts suisses de …

Lire l’article
Link zum Artikel