International
Climat

La chaleur en Arctique responsable de vagues de froid en Europe

La chaleur en Arctique, responsable du froid en Europe

Certaines r�gions d'Allemagne, comme ici � Berlin dimanche, font �galement face � la neige et le froid.
Image: sda
La mer de l'Arctique, débarrassée de sa banquise sous l'effet du réchauffement, contribue directement aux chutes de neige plus extrêmes en Europe.
02.04.2021, 02:3102.04.2021, 08:24
Plus de «International»

L'épisode glacial de 2018 surnommé «la Bête de l'Est» en est un bon exemple: le réchauffement de la mer de Barents à un impact sur les chutes de neige. Cet événement qui avait paralysé une grande partie du nord de l'Europe, pendant deux mois, avait coûté plus d'un milliard d'euros par jour rien qu'au Royaume-Uni.

Selon une étude publiée jeudi dans la revue Nature Geoscience, ces tempêtes de neige exceptionnelles étaient une conséquence directe des eaux «anormalement chaudes» dans la mer de Barents. 60% de la surface avaient été libéré de la banquise quelques semaines avant cet événement.

Entre 1988 et 2019, la banquise en Arctique a baissé de près de 96 % en hiver

Avec le réchauffement de l'Arctique, plus rapide que le reste de la planète, l'air froid et la basse pression typique des pôles durant les saisons froides est plus enclin à se déplacer vers le Sud.

7 600 milliards de tonnes de glace ont fondu entre 1994 et 2017

L'étude conclut que si les tendances actuelles du réchauffement se poursuivent, la mer de Barents libérée de la banquise sera une source majeure d'humidité pour l'Europe continentale. Elle provoquerait d'importantes pluies ou chutes de neige, avec leurs lots d'impacts sur les infrastructures et le trafic.

«Cela voudra dire des perturbations dans l'approvisionnement en nourriture, en carburant, la destruction de cultures...»
Jeffrey Welker, de l'Université d'Alaska à Anchorage

Cela peut sembler contre-intuitif que le réchauffement de l'océan en Arctique provoque plus de neige en Europe, mais la nature est complexe et ce qui se passe dans l'Arctique ne reste pas dans l'Arctique. (ats)

Les photos des expéditions du glaciologue Matthias Huss

1 / 7
Les photos des expéditions du glaciologue Matthias Huss
En un an, la fonte du glacier du Rhône a été réduite d’environ quatre mètres sous la couverture, par rapport à la zone découverte au premier plan.
source: matthias huss / matthias huss
partager sur Facebookpartager sur X
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Il a fait (vraiment) très chaud en Europe en 2023
Les jours de «stress thermique extrême» se multiplient en Europe. L'année dernière, ils ont connu un record.

L'Europe a connu en 2023 un nombre record de jours de «stress thermique extrême», ont indiqué l'observatoire européen Copernicus et de l'OMM lundi. Le «stress thermique extrême» correspond à une température ressentie dépassant l'équivalent de 46 degrés celsius.

L’article