DE | FR
Les touristes du glacier du Rhône peuvent observer de très près les bâches textiles blanches, qui freinent localement la fonte du glacier.
Les touristes du glacier du Rhône peuvent observer de très près les bâches textiles blanches, qui freinent localement la fonte du glacier.Image: KEYSTONE

Ô glacier, dis-moi si tu es rentable et tu seras choyé

La plupart des glaciers des Alpes ont davantage fondu ces dernières années qu’à tout autre moment, depuis le début des mesures de protection. L'une des solutions? Des bâches textiles blanches pour les couvrir. Le hic: c'est hors de prix. La pratique existe en Suisse depuis 2004 et son intérêt est surtout touristique.
01.04.2021, 18:2902.04.2021, 18:42

Empêcher la fonte des glaciers en les recouvrant, la stratégie fait fantasmer les optimistes climatiques et les professionnels du tourisme. La pratique coûte tellement cher que son utilisation est réservée pour des petites surfaces, selon une étude. La volonté de préserver ce stock solide d'eau douce déclenche parfois les idées les plus folles, comme «mettre de la couleur blanche sur les pentes environnantes pour augmenter le pouvoir réfléchissant des surfaces et donc renvoyer le rayonnement solaire pour amoindrir le réchauffement des glaciers», explique Matthias Huss, glaciologue zurichois. Si l'utilisation des couvertures thermiques géantes représente la solution la plus efficace, le scientifique précise que non seulement son coût est élevé, mais la fonte des glaciers ne peut pas être stoppée, juste très localement retardée: 60% de la fonte locale est ainsi sauvée.

  • En 2004, le glacier Gurschenfirn sur le Gemsstock, au-dessus d’Andermatt (canton d’Uri), devient le premier de Suisse à être recouvert d’une bâche textile blanche. Grâce au dispositif artificiel, l'épaisseur de glace reste suffisante pour descendre à ski depuis l’arrivée des remontées mécaniques.
  • Le glacier du Rhône (canton du Valais) est le plus facilement accessible (5 minutes de marche depuis la route seulement). Comme il contient une grotte artificielle, très touristique, 0.3% de sa surface est recouverte pour maintenir son épaisseur. Cet exemple illustre bien l'intérêt économique de l'usage des bâches sur les glaciers.
  • Certains glaciers comme celui de Diavolezza (canton des Grisons), très petit, a même repris du volume.

Les photos des expéditions du glaciologue Matthias Huss

1 / 7
Les photos des expéditions du glaciologue Matthias Huss
source: matthias huss / matthias huss
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

L'homme de terrain vient de clore une étude nationale, qui révèle que le coût d’un mètre cube de glace, conservé artificiellement, se situe en moyenne entre 0,60 et 7,90 francs par an, au cours de la dernière décennie. Hypothétiquement, recouvrir tous les glaciers du pays coûterait plus d’un milliard de francs par an. Qu'est-ce qui coûte aussi cher? Il y a évidemment le prix de la bâche, sa fabrication, son transport et son installation.

«On ne peut pas juste venir, poser la bâche et repartir. Il faut se rendre plusieurs fois par année sur place, car le recouvrement ne dure que dès la fin du printemps jusqu'à l'automne. Cette technique permet de garder au frais la neige tombée durant l'hiver. Avec un poids pouvant aller jusqu'à 500 kg et les accès parfois compliqués, le transport s'effectue souvent en hélicoptère. Ensuite, ce sont des personnes qui déroulent la bâche et il faut mettre du poids dessus pour stabiliser le tout. C'est du travail et c'est ça qui coûte le plus!»
Matthias Huss, glaciologue
Une couverture isolante "Froma" de 2 000 m2 servait de test, en juin 2005, pour lutter contre la fonte du glacier de Tortin à Verbier et Nendaz Mont-Fort en Valais.
Une couverture isolante "Froma" de 2 000 m2 servait de test, en juin 2005, pour lutter contre la fonte du glacier de Tortin à Verbier et Nendaz Mont-Fort en Valais.Image: KEYSTONE

La technologie fonctionne et elle coûte cher. Mais alors quels sont les critères qui motivent une couverture de glacier? En Suisse, ils sont purement économiques et touristiques. «Dans nos Alpes, les glaciers ne sont pas des réservoirs d'eau d'importance vitale, contrairement en Asie centrale, où les habitants dépendent de l'eau des montagnes pour survivre», nuance le glaciologue. En Suisse, on peut survivre sans glacier mais c'est toute une identité nationale qui se retrouvera ébranlée le jour où tout fondra.

Les glaciers suisses en chiffres
Il existe 1400 glaciers en Suisse. La plupart a beaucoup fondu, car ce sont de «petits glaciers». Les «grands glaciers» se calculent en centaine comme celui d'Aletsch, qui représente à lui tout seul 20% du volume total des glaciers suisses.

Où en sommes-nous avec l'utilisation des couvertures?
En Suisse ce ne sont que 0.02% des glaciers qui sont recouverts. Depuis 2013, la pratique tend à doubler chaque année.

Bilan: les bâches c'est bien, mais uniquement pour un usage local. «Il faut bien réfléchir avant de les installer. Il y a le coût, certes, mais nous ne connaissons pas encore l'impact des matériaux, qui se dégradent avec le temps et qui peuvent potentiellement polluer nos torrents. Enfin, si on recouvre tout, c'est moche, et les touristes ne viendront pas», résume le spécialiste avant de conclure:

«On n'a pas de techniques pour sauver les glaciers, mais on a des techniques pour réduire la fonte locale de la glace. Pour sauver les glaciers, il faut lutter contre le réchauffement climatique»
Matthias Huss, glaciologue
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La vague estivale de Covid-19 faiblit selon une étude de l'EPFZ
Le variant BA.5 est-il déjà sur le déclin? C'est ce que semblent montrer les observations des experts, à la suite de l'analyse des eaux usées d'une station d'épuration à Zurich.

Toute personne qui se brosse les dents ou va aux toilettes libère le Covid-19 dans le système des eaux usées. La concentration du virus dans ces eaux indique combien de personnes sont actuellement infectées par le sous-variant BA.5 d'Omicron, aux alentours de la zone d'une station d'épuration. Ces mesures indiquent une tendance plus fiable que d'autres chiffres, car elles ne dépendent pas de la quantité de tests effectués.

L’article