International
Corée du Nord

Covid-19: six nouveaux décès suspects «de fièvre» en Corée du Nord

Covid-19: six nouveaux décès suspects «de fièvre» en Corée du Nord

epa09950076 A photo released by the official North Korean Central News Agency (KCNA) shows North Korean leader Kim Jong-un (C) wearing a face mask while inspecting a pharmacy in Pyongyang, North Korea ...
Image: sda
Le bilan du Covid s'alourdit en Corée du Nord: quelques jours après avoir reconnu être frappé par l'épidémie de Covid-19, le pays a annoncé mardi avoir enregistré six nouveaux morts «de fièvre». On compte désormais 56 décès.
17.05.2022, 07:4617.05.2022, 10:20
Plus de «International»

Malgré des confinements à grande échelle, le bilan s'établissait lundi soir à 56 morts, plus de 1,4 millions de cas de «fièvre» et 663 910 personnes sous traitement, selon l'agence officielle nord-coréenne KCNA. Laquelle a encore précisé que l'armée avait «déployé en urgence ses forces dans toutes les pharmacies de Pyongyang et commencé à approvisionner en médicaments».

Il faut dire que le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un, a vivement critiqué lundi les autorités sanitaires pour leur gestion de l'épidémie, en particulier l'incapacité à maintenir les pharmacies ouvertes 24 heures sur 24. Ce serait désormais chose faite, selon le rapport publié mardi par KCNA qui précise que les écarts dans l'approvisionnement en médicaments ont été rectifiés et que les pharmacies de la capitale Pyongyang, sont ouvertes à toute heure.

Le combat de Kim Jong-un

Depuis que le pays a annoncé son premier cas de Covid-19 jeudi dernier, Kim Jong-un a pris personnellement en main la lutte contre l'épidémie. Ainsi, le leader de la Corée du Nord supervise des réunions d'urgence quasi quotidiennes du Politburo. Les médias nord-coréens ont diffusé des photographies de lui visitant une pharmacie à Pyongyang dimanche.

Selon lui, cette dernière provoque «de grands bouleversements» dans le pays. D'autant que la population n'est pas vaccinée. KCNA a rapporté mardi que des efforts étaient en cours pour informer les masses sur «le variant furtif Omicron afin de leur faire comprendre en profondeur les méthodes de traitement scientifiques et les règles de prévention des épidémies».

Quelque 11 000 fonctionnaires, enseignants et étudiants en médecine ont entre-temps participé lundi à un «examen médical intensif de tous les habitants» afin de repérer les personnes atteintes de fièvre, selon la même source.

Pour rappel, le système de santé nord-coréen est considéré comme l'un des pires du monde. Il a été classé 193e sur 195 pays par une étude de l'université américaine Johns Hopkins l'an dernier. Les hôpitaux du pays sont pauvrement équipés, avec peu d'unités de soins intensifs. Selon les experts, le pays ne dispose d'aucun traitement contre le Covid-19 et n'a pas les capacités pour tester massivement sa population. (mbr/ats)

Extraits des vidéos NFT de Madonna
Video: extern / rest
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Le Hezbollah veut venger la mort de l'un de ses chefs
Alors que les espoirs de trêve s'amenuisent dans la bande de Gaza, la situation s'aggrave à la frontière avec le Liban. Comment Israël réagit-il aux tirs de roquettes du Hezbollah?

Pour la première fois depuis le 7 octobre, le Hezbollah a tiré des roquettes sur la ville de Tibériade, au nord d'Israël. De là, il y a environ 50 kilomètres jusqu'à la frontière entre le Liban et Israël. Il est rare que des projectiles du Hezbollah pénètrent aussi profondément en territoire israélien. Mais il y a quelques jours seulement, un drone de la milice chiite a presque atteint la ville voisine de Nazareth. L'attaque la plus profonde en Israël jusqu'à présent. La milice étend ses attaques – et pas seulement d'un point de vue géographique.

L’article