International
Corée du Nord

Pyongyang confirme des tirs en direction du Japon

Pyongyang confirme des tirs en direction du Japon

Cette combinaison de photos de l'exercice de frappe nucléaire a été fournie par le gouvernement nord-coréen.
Cette combinaison de photos de l'exercice de frappe nucléaire a été fournie par le gouvernement nord-coréen.Keystone
Le danger d'une guerre nucléaire continue à hanter la région, alors que les relations de Washington et de Séoul face au leadeur nord-coréen Kim Jong-un restent très tendues.
31.08.2023, 05:1231.08.2023, 06:21
Plus de «International»

La Corée du Nord a confirmé jeudi avoir procédé à deux tirs de missile balistique de courte portée. Elle a expliqué qu'il s'agissait d'une «simulation de frappe nucléaire tactique» en réponse aux manoeuvres américano-sud-coréennes, a rapporté l'agence d'Etat nord-coréenne KCNA:

«L'exercice vise à envoyer un message clair aux ennemis»

Ces tirs interviennent à quelques heures de la fin des manoeuvres militaires conjointes entre les Etats-Unis et la Corée du Sud, Ulchi Freedom Shield, qui suscitent toujours l'ire de Pyongyang.

Ces missiles ont été tirés mercredi, en simulation d'une frappe nucléaire tactique visant à détruire totalement les principaux centres de commandement et les bases aériennes" de l'autre côté de la frontière, en Corée du Sud, selon KCNA. Ils ont été lancés en direction de la mer de l'Est, appelée aussi mer du Japon, selon l'armée sud-coréenne et japonaise.

«Le premier a été lancé vers 23h38 (16h38 en Suisse), à une altitude maximale d'environ 50 km et à une distance de vol d'environ 350 km. Le second vers 23h46, à une altitude maximale d'environ 50 km et à une distance de vol d'environ 400 km.»

Mardi, Pyongyang avait organisé des manoeuvres militaires au niveau du commandement en réponse à celles de Washington et Séoul. A cette occasion, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a visité un poste de commandement d'entraînement.

«L'exercice a pour but de permettre à tous les commandants et aux sections d'état-major de l'ensemble de l'armée de se préparer pleinement à la guerre», a rapporté la même source. L'état-major interarmées de la Corée du Sud a quant à lui déclaré que l'armée du sud «maintenait un état de préparation complet en étroite coopération avec les Etats-Unis».

Les trois pays ont renforcé leur coopération en matière de défense au cours des derniers mois, en réponse aux provocations croissantes de Pyongyang. La Corée du Nord a procédé à un nombre record d'essais d'armes cette année et effectué la semaine dernière sa deuxième tentative de mise en orbite d'un satellite espion, qui s'est soldée par un échec.

«Danger d'une guerre nucléaire»

Le numéro un nord-coréen a qualifié l'an passé d'«irréversible» le statut de puissance nucléaire de son pays et appelé à un développement accru d'armements, notamment d'armes nucléaires tactiques. Il a également appelé mardi à renforcer la marine nord-coréenne, affirmant que les eaux du pays regorgeaient du «danger d'une guerre nucléaire», ont rapporté les médias d'Etat.

«Les eaux de la péninsule coréenne ont été contraintes à devenir le point où se concentrent le plus de matériel de guerre au monde, les eaux les plus instables avec le risque d'une guerre nucléaire», selon le dirigeant nord-coréen. «Réussir à développer rapidement la force navale est devenu une question très urgente compte tenu des récentes tentatives d'agression de l'ennemi», a-t-il fait valoir. (ats/jch)

On a des nouvelles de Kim Jong-un, il va bien, il fait du cheval
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Macron prêt au référendum sur la réforme électorale en Nouvelle-Calédonie
Emmanuel Macron se dit disposé à soumettre au référendum national la réforme électorale controversée en Nouvelle-Calédonie, tandis que les tensions persistent dans l'archipel. Les partisans de l'indépendance craignent que cette réforme ne "minorise" le peuple autochtone kanak.

Tensions et barrages persistaient dimanche en Nouvelle-Calédonie, au moment où le président français Emmanuel Macron se dit prêt à soumettre au référendum national la réforme électorale qui a mis le feu aux poudres.

L’article