DE | FR
Leur voyage a été très compliqué.
Leur voyage a été très compliqué.Image: facebook/Посольство России в КНДР

Des diplomates russes fuient la Corée du Nord en mode western

Coincés à Pyongyang, huit employés de l'ambassade russe ont voulu rentrer chez eux avec leurs familles. Leur voyage a été très compliqué.
28.02.2021, 16:31

Les frontières de la Corée du Nord sont verrouillées depuis des mois pour limiter la circulation du coronavirus. Pas simple donc de quitter le pays. Huit diplomates russes et leur familles en ont fait les frais cette semaines.

Leur voyage jusqu’à la frontière leur a pris presque 34 heures, raconte la page Facebook de l’ambassade, citée par la CNN.

Vols suspendus

Tous les vols pour la Russie étant suspendus, les diplomates ont du se rabattre sur le train. Sauf que le réseau ferroviaire nord-coréen n’est pas très performant. Il est même particulièrement mauvais. Après 32 heures de voyages, ils doivent prendre un bus qui les amène jusqu’à la frontière. Encore deux heures.

Mais les ennuis sont loins d’être terminés. Pour franchir la dernière étape, les diplomates sont contraints de commander un wagon à bras.

Ce moyen de locomotion, popularisé par les films western, date du XIX siècle. Il est actionné manuellement par un système de leviers. Après avoir chargé leurs bagages et leurs enfants sur la charrette, les diplomates ont dû la pousser sur un kilomètre. (asi)

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Affaire Damien Abad: le parquet n'ouvre pas d'enquête «en l'état»
La justice française ne va pas ouvrir d'enquête sur le nouveau ministre de Macron. Le média en ligne Mediapart avait diffusé le témoignage de deux femmes accusant le ministre des Solidarités de l'Autonomie et des Personnes handicapées de les avoir violées.

Le parquet de Paris a indiqué, mercredi, qu'il n'ouvrait pas d'enquête préliminaire «en l'état» sur les accusations de violences sexuelles visant le nouveau ministre français des Solidarités Damien Abad. Il a estimé ne pas disposer «d'élément permettant d'identifier la victime des faits dénoncés».

L’article