DE | FR

Plus contagieux, plus résistants: ce que l'on sait des variants

Bild

A ce stade, trois variants sont considérés comme «préoccupants», selon la dénomination officielle de l'OMS. On fait le point sur ce qu'on en sait et sur ce que cela implique pour la pandémie de Covid-19.



L'OMS en retient trois. Initialement repérés en Ecosse, aux Etats-Unis et au Brésil, ils circulent respectivement dans 125, 75 et 41 pays. De nombreux autres variants, que la communauté scientifique cherche à repérer et évaluer, circulent.

Quelles conséquences?

En soi, l'apparition de variants est tout sauf une surprise: c'est un processus naturel, puisque le virus acquiert des mutations au fil du temps, pour assurer sa survie. «La plupart n'a pas d'impact en termes de santé publique», souligne l'OMS. Tout dépend en effet des mutations qu'ils portent.

«Plus de 4000 variants du SARS-CoV-2 ont été identifiés à travers le monde»

Service de santé britannique

Les termes «variants anglais, sud-africain ou brésilien» sont plus compréhensibles pour le grand public que leurs noms techniques chiffrés (N501Y ou E484K), mais les scientifiques ne les aiment guère, car ils les jugent stigmatisants pour les pays.

Plus contagieux?

Il y a un consensus au sujet des trois «variants préoccupants»: ils sont plus contagieux. Mais cela ne s'appuie pour l'instant que sur des données épidémiologiques. Cela ne permet donc pas d'avoir un chiffre catégorique, puisque les résultats peuvent varier selon les mesures de restriction, en place dans les régions concernées.

L'OMS juge que le variant anglais est 36% à 75% plus contagieux.

Selon des chercheures de l'université de Harvard, l'infection provoquée par le variant anglais pourrait durer plus longtemps. Mais ce type de recherches prend du temps, et il faudra encore plusieurs semaines, voire mois pour avoir des réponses définitives.

Plus dangereux?

Cela semble être le cas pour le variant anglais. Une étude publiée le 10 mars conclut qu'il est 64% plus mortel que le coronavirus classique.

Pour 1000 cas détectés, le variant anglais provoque 4.1 morts, contre 2.5 pour le coronavirus classique, conclut cette étude publiée dans la revue médicale BMJ. Elle confirme de premières observations faites fin janvier par les autorités britanniques.

Par ailleurs, en s'appuyant sur d'autres travaux menés en Afrique du Sud, l'OMS estime que le variant sud-africain «augmente de 20% le risque de décès à l'hôpital».

Quelle efficacité des vaccins?

Selon plusieurs études in vitro, l'efficacité des vaccins n'est pas sensiblement réduite par le variant anglais, mais semble l'être par les variants sud-africain et brésilien, à cause de la fameuse mutation E484K. Toutefois, même si les vaccins sont moins efficaces contre certains variants, cela ne veut pas dire qu'ils ne sont plus efficaces du tout.

Quoi qu'il en soit, les fabricants travaillent à de nouvelles versions de leur vaccin, adaptées aux variants. Moderna a ainsi annoncé le 10 mars qu'il avait commencé à injecter des vaccins de nouvelle génération à de premiers patients, dans le cadre d'un essai clinique, destiné à évaluer leur efficacité contre le variant sud-africain.

«Des variants contre lesquels les vaccins actuels pourraient être moins efficaces (...) vont probablement continuer à émerger»

Centre européen de prévention et de contrôle des maladies

(ats/afp)

Plus d'articles sur le thème «Covid-19»

L'Etat dépense des milliards pour lutter contre le Covid-19. Qui va payer pour ça?

Link zum Artikel

L'immunité Covid-19 existe-t-elle? Qui contrôle les autotests?

Link zum Artikel

Entre passeport vaccinal et confinement, le Covid dans le monde

Link zum Artikel

Les vaccins, efficaces ou non? Et le masque, c'est pour la vie? On fait le point

Link zum Artikel

Pour l'OFSP, l'attestation de vaccination doit devenir un certificat Covid-19

Link zum Artikel

L'Union européenne va limiter les exportations de vaccins

Link zum Artikel

Et vogue la troisième vague

Link zum Artikel

Le passeport vaccinal pour l'Europe (Suisse comprise), c'est quoi?

Link zum Artikel

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Trois questions que pose l'immunité

Les cas de réinfection au coronavirus questionnent. Font-ils de nous des êtres immunisés? Le point en trois questions.

Les cas avérés de réinfections au coronavirus existent mais restent rares. «Le risque d'être infecté pour les personnes possédant des anticorps est environ de 2 pour 1000 au bout de 6 mois. C'est comme si on était vacciné à plus de 90%», a expliqué mercredi l'infectiologue Valérie d'Acremont dans la matinale de la RTS. Par ailleurs, la quantité d'anticorps reste élevée jusqu'à 11 mois après la date d'infection.

Aussi, les anticorps permettraient d'empêcher de développer une forme grave du …

Lire l’article
Link zum Artikel