DE | FR

La majorité des Brésiliens en soins intensifs a moins de 40 ans

Cemetery workers wearing protective gear lower the coffin of a person who died from complications related to COVID-19 into a gravesite at the Vila Formosa cemetery in Sao Paulo, Brazil, Wednesday, April 7, 2021. (KEYSTONE/AP Photo/Andre Penner)

Image: AP

Une étude des soins intensifs au Brésil le révèle: le Covid touche des patients particulièrement jeunes. Le variant n'y serait pas pour rien.



Les moins de quarante ans contaminés par le coronavirus en soins intensifs, désormais au nombre de plus de 11'000, sont devenus majoritaires (52.2%) au mois de mars, a dit le coordinateur de l'étude de l'AMIB, le Dr Ederlon Rezende. Ils n'étaient que 14.6% au début de la pandémie il y a un an, puis 45% entre septembre et février.

«Cette population ne contractait auparavant qu'une forme moins grave de la maladie et n'avait pas besoin de soins intensifs», a expliqué le Dr Rezende. «Une telle hausse pour ce groupe d'âge est très significative».

Pourquoi?

«Les malades plus jeunes, sans avoir eu d'autres maladies, présentent à leur arrivée aux soins intensifs des cas plus graves»

Dr Rezende

Le nombre des patients atteints du Covid-19 qui se retrouvent en soins intensifs sans avoir eu d'autres maladies a atteint en mars près d'un tiers du total (30.3%), selon l'étude, tandis que le nombre des malades du Covid-19 en réanimation a atteint le pourcentage record de 58.1%.

Plus de 351'000 personnes ont péri en un peu plus d'un an au total du fait de cette maladie au Brésil, qui compte 212 millions d'habitants. Un bilan seulement dépassé par les Etats-Unis. (ats/afp)

Plus d'articles «International»

L'Italie ordonne la vaccination à ses soignants

Link zum Artikel

Les témoins du meurtre de George Floyd racontent l'horreur

Link zum Artikel

Le Royaume-Uni semble s'être débarrassé de l'hésitation vaccinale

Link zum Artikel

L'Etat de New York légalise la weed

Link zum Artikel

En Biélorussie, l'opposition appelle à nouveau à manifester

Link zum Artikel

5 questions que pose le fameux passeport vaccinal

Link zum Artikel

L'homosexualité reste un «péché» pour le Vatican

Link zum Artikel

Le vaccin local sera nécessaire pour entrer en Chine

Link zum Artikel

La Suisse aussi prend des risques avec la vaccination

Link zum Artikel

L'Europe met fin à la fuite de l'indépendantiste catalan Puigdemont

Link zum Artikel

Licenciements chez Swiss: «On s'y attendait»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Les américains font moins d'enfants, malgré la pandémie

Un démenti pour ceux qui pensaient que la pandémie allait provoquer une augmentation de la natalité.

Les Etats-Unis n'ont pas échappé l'année dernière à une baisse de la natalité , accélérée même par la crise sanitaire. Et ce, pour la sixième année d'affilée. Au début de la pandémie de covid-19, on pensait que les changements sociaux attendus pourraient conduire à une augmentation des naissances, écrit le New York Times. On aurait pu penser que les confinements, notamment, auraient favorisé un accroissement de la natalité...

«Or ces changements ont eu l'effet inverse : le nombre de naissances a …

Lire l’article
Link zum Artikel