DE | FR

Il achète une carte Pokémon de 57 000 dollars avec les subventions du Covid

Un Américain a été condamné à trois ans de prison après avoir utilisé l’argent d’une subvention mise en place pendant la pandémie pour acheter une carte Pokémon rare.
08.03.2022, 13:3008.03.2022, 13:34

Chacun ses priorités! Vinath Oudomsine, un habitant de l’Etat de Géorgie aux Etats-Unis, a été condamné pour fraude alors qu'il a dépensé 57 000 dollars pour acheter une carte Pokémon Dracaufeu, rapporte The Guardian lundi.

Dracaufeu, c'est lui 👆
Dracaufeu, c'est lui 👆Image: shutterstock

Selon les procureurs, l'homme âgé de 31 ans a fourni de fausses informations à l’Administration américaine des petites entreprises l’an dernier. Il a demandé un prêt d’aide Covid-19 pour une entreprise de «services de divertissement» qu’il prétendait posséder.

Il a également menti sur le nombre de personnes qu’il employait et les revenus annuels de son entreprise fictive. Au total, Vinath Oudomsine a reçu 85 000 dollars du programme de prêt et les a utilisés pour acheter la carte à collectionner d’une valeur de 57 789 dollars, soit plus de 53 000 francs suisses. (sia)

Ces photos des années 2000 vous rendront trèèès nostalgique

1 / 25
Ces photos des années 2000 vous rendront trèèès nostalgique
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

La piscine la plus insolite du monde se trouve à Dubaï

Le meilleur du Divertissement cette semaine

L'étrange lunch d'Anna Wintour à 77 dollars

Link zum Artikel

Madonna vend des vidéos NFT (un peu) porno «pour la bonne cause»

Link zum Artikel

Les premières images de la suite du film Avatar 2 affolent déjà les fans

Link zum Artikel

Si Christine Quinn quitte Selling Sunset, je mange mon sac Chanel

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Zelensky et l'Ukraine peuvent-ils nous lasser? «Oui, assurément»
Après avoir été ovationné par les plus puissants parlements du monde, le président ukrainien a donné, le 11 mai dernier, une conférence dans l'enceinte plus modeste de Science-Po Paris. Faut-il y voir un début d'essoufflement dans la méthode Zelensky? Combien de temps le héros de la démocratie, devenu un as de la communication, va-t-il pouvoir incarner efficacement la cause ukrainienne?

L'exercice est franchement casse-gueule, tellement le sujet semble intangible. Les Ukrainiens slaloment entre les bombes russes et les cadavres familiers depuis bientôt trois mois et voilà qu'on esquisse l'éventualité, bien au sec sous notre dôme caniculaire, d'un essoufflement de la méthode Zelensky. Celle qui consiste à repousser l'assaillant (et l'oubli) par la force du verbe, de la bande passante, et du grand écran. Pour se lancer à pleine vitesse dans une analyse de performance, comme le ferait sans bégayer un commentateur sportif avec un runner ordinaire à mi-course, il fallait un argument. Le président ukrainien nous l'a servi récemment sur un plateau: sa stratégie a évolué.

L’article