DE | FR

Des Cubains condamnés à 30 ans de prison pour avoir manifesté

Sur les 129 accusés, 128 ont été reconnus coupables de sédition et de vol.
Sur les 129 accusés, 128 ont été reconnus coupables de sédition et de vol.Image: EPA EFE
129 personnes ont été jugées pour avoir provoqué des troubles graves et des actes de vandalisme pour protester contre le régime cubain. 128 d'entre eux ont été reconnus coupables.
17.03.2022, 04:4017.03.2022, 07:40

Un groupe de 128 Cubains, ayant participé aux manifestations des 11 et 12 juillet 202, considérées comme les plus violentes ces jours-là, dans deux quartiers de La Havane, a été condamné à des peines allant de 6 à 30 ans d'incarcération, a annoncé mercredi la Cour suprême de l'île.

Sur les 129 accusés, 128 ont été reconnus coupables de sédition et de vol, et deux d'entre eux ont été condamnés à trente ans de prison, a précisé la TSP, sans préciser l'âge des condamnés.

Selon le communiqué, les manifestants ont renversé des véhicules, notamment des voitures de patrouille, des forces de l'ordre et ont lancé des pierres, des bouteilles et des cocktails Molotov sur les installations de la police et les agents du ministère de l'Intérieur, causant «des blessures (...) et des dégâts matériels importants».

Le 25 janvier, le gouvernement a indiqué que 790 personnes, dont 55 âgées de moins de 18 ans, avaient été inculpées pour les manifestations de juillet. A cette date, 172 autres personnes avaient été condamnées.

«Faire peur aux Cubains»

L'ONG de défense des droits de l'homme Cubalex, basée à Miami, a considéré que les peines prononcées lors des précédents procès des manifestants du 11 juillet étaient excessives et violaient, dans certains cas, les garanties d'une procédure régulière.

Laritza Diversent, directrice de cette ONG, a déclaré à l'AFP que les peines prononcées mercredi créaient un précédent qui aura des conséquences sur la société cubaine.

«Alors que le régime de Cuba juge des dizaines d'autres manifestants du 11 et 12 juillet 2021, sur la base d'accusations injustes cette semaine, nous savons que ces peines sévères sont utilisées pour faire peur aux Cubains»
L'ambassade des Etats-Unis à La Havane twitter

Aux cris de «Liberté!» et de «Nous avons faim!», des milliers de Cubains ont manifesté le 11 juillet 2021, dans une cinquantaine de villes du pays. Cuba traverse sa pire crise économique en près de trente ans, sous l'effet de la pandémie et des sanctions américaines, poussant, chaque jour, de plus en plus d'habitants à s'exiler. (ats/jch)

Ailleurs, sur la planète: Des motards contre le harcèlement

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Cela fera bientôt trois mois que les Russes ont envahi l'Ukraine. Des infrastructures ont été détruites, des personnes ont été tuées et des familles ont été déchirées. L'aide humanitaire suisse tente depuis des semaines d'atténuer les grandes souffrances de la population.

Les yeux humides et la voix tremblante, Natalia raconte sa fuite de Marioupol. Cette ville n'a plus accès à l'eau ni à l'électricité depuis le début du mois de mars et se trouve au milieu des conflits armés entre la Russie et l'Ukraine. Après que sa voiture a été détruite par un missile et qu'elle «aurait pu être touchée à tout moment», Natalia a fui la ville du sud-est de l'Ukraine le 5 mars avec son fils de 10 ans. Elle a dû laisser son mari derrière elle, le père de son fils. Sans savoir si la famille se reverrait un jour.

L’article