DE | FR
Censée être «une nouvelle plateforme majeure», Truth Social fait un flop.
Censée être «une nouvelle plateforme majeure», Truth Social fait un flop.Image: twitter

Un mois après son lancement, le réseau social de Trump est un échec

L'ex-président américain, banni des principaux réseaux sociaux, avait promis de riposter contre la Big Tech avec Truth Social. Cela ne se passe pas très bien.
17.03.2022, 03:5317.03.2022, 11:27

Truth Social, le nouveau réseau social de Donald Trump, était censé être «une nouvelle plateforme majeure». Républicains et démocrates pourraient y converser dans un environnement préservé de la «censure» des grandes entreprises technologiques de la Silicon Valley américaine.

Au lieu de cela, près d'un mois après son lancement, l'application est devenue la risée d'Internet, marquée par un déploiement bâclé, un effondrement du cours de l'action et même un Donald Trump aux abonnés absents. En effet, il est LA figure de proue du projet, mais il ne publie pas beaucoup sur sa propre plateforme.

Le réseau est né du fait que Trump a été banni de Twitter, Facebook et YouTube, en raison du risque que l'ancien président incite à la violence. Il devait être lancé le 21 février dernier, à renfort de grandes déclarations dont seul le milliardaire a le secret:

«Nous vivons dans un monde où les talibans sont très présents sur Twitter, alors que votre président américain préféré a été réduit au silence. C'est inacceptable. J'ai hâte de commencer à partager mes idées sur le site TRUTH Social et de lutter contre les grandes entreprises technologiques.»

Lorsque la date de lancement est arrivée, des dizaines de milliers de personnes n'ont pas pu accéder à Truth Social, comme le rapporte The Guardian. Et près d'un mois après son lancement, Donald Trump, himself, n'a jusqu'à présent partagé qu'une seule pensée pour la plateforme: un message passe-partout à la mi-février qui exhortent les gens à «se préparer!» (peut-être pour sa campagne présidentielle de 2024?).

Sans surprise, l'ex-président américain serait très mécontent de son nouveau réseau social, selon The Daily Beast. Il serait particulièrement irrité par la lenteur du déploiement et contrarié par le fait que l'application ne soit pas plus populaire. De plus, certains utilisateurs potentiels de Truth Social attendent toujours de pouvoir accéder à la plateforme.

L'app la plus téléchargée de l'Apple App Store

Début mars, la plateforme enregistrait une moyenne de 300 000 visites par jour, toujours selon le Daily Beast. Du 21 au 23 février, Truth Social a été l'application la plus téléchargée de l'Apple App Store, mais le 12 mars, elle n'était plus que la 173e application la plus populaire.

Par ailleurs, la liste des profils suggérés aux nouveaux utilisateurs est assez mince. De nombreux acteurs majeurs du monde conservateur, tels que Steve Bannon, l'ancien très influent conseiller de Donald Trump à la Maison-Blanche ou encore Tucker Carlson, animateur très populaire de la chaîne conservatrice Fox News, ne sont même pas présents sur l'application.

Cependant, tout comme le milliardaire, peut-être que Truth Social n'a pas encore dit son dernier mot.

Rien à voir, mais voici Joya, le chihuahua qui fait du ballet

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
La Russie n'envoie plus de gaz en Finlande, quid de la Suisse?
Moscou met à mal la Finlande. La raison? Le pays nordique a refusé de payer le fournisseur russe Gazprom en roubles. Et pire encore, il a osé demander son adhésion à l'Otan. La Suisse risque-t-elle la même sentence?

Gazprom a «complètement arrêté ses livraisons de gaz» à la Finlande, dévoile le géant russe dans un communiqué. L'échéance du 20 mai est arrivée et le pays nordique n'avait toujours pas payé en roubles (monnaie russe), si bien que la sanction est tombée.

L’article