DE | FR

Tesla écope d'une amende (très) salée pour racisme

L'entreprise automobile est condamnée à verser plus de 100 millions de dollars de dommages et intérêts à un ex-employé noir, victime de racisme dans l'une des usines de Californie.
06.10.2021, 09:2706.10.2021, 16:47

Le montant interpelle: 137 millions de dollars. Une somme pour donner l'exemple, et qui pourrait «servir de sonnette d'alarme pour les firmes américaines», selon Larry Organ, avocat spécialiste des droits civiques et qui a défendu le plaignant.

Une condamnation pour l'exemple

Une chose est sûre, Tesla ne risque pas de l'oublier. La firme américaine vient d'être condamnée par un jury californien pour avoir fermé les yeux sur le racisme que subissait son ancien employé dans une usine du groupe.

«C'est un jugement qui devrait secouer les entreprises américaines.»
Avocat de la victime

Un progressisme de «façade»

Engagé via une agence de recrutement, Owen Diaz a travaillé comme opérateur de monte-charge, entre juin 2015 et juillet 2016, dans l'usine de Fremont, en Californie. Selon des documents judiciaires, il a subi des insultes racistes dans un environnement de travail hostile.

Durant le procès, l'ex-employé a expliqué que les Afro-Américains de l'usine, où son fils travaillait aussi, étaient régulièrement victimes de surnoms racistes et de dénigrement.

«L'image progressiste de Tesla était une façade cachant le traitement rétrograde et dévalorisant de ses employés afro-américains»
Plainte déposée contre Tesla

M. Diaz a affirmé que, malgré des plaintes à la hiérarchie, Tesla n'a pas réagi pour mettre fin à ce racisme ordinaire.

Elle aura sûrement appris la leçon. Lundi, le jury du tribunal fédéral de San Francisco a octroyé à Owen Diaz 136,9 millions de dollars de dommages et intérêts. «Ne vous comportez pas de façon raciste et ne laissez pas le racisme perdurer», a souligné l'avocat Larry Organ.

«Je savais qu'Owen disait la vérité, je devais juste le prouver à huit personnes inconnues», a raconté l'avocat pour évoquer le jury.

«Les gens normaux voient clair à travers les conneries qu'affichent les boîtes américaines»

L'entreprise assume à moitié

Du côté de Tesla, on ne fait pas trop le malin. La vice-présidente chargée des ressources humaines, Valerie Capers Workman, a reconnu une partie des faits dans un communiqué.

Elle confirme qu'à l'usine de Fremont, des employés peuvent témoigner d'avoir entendu régulièrement des insultes racistes, dont le mot «nigger» («nègre»). Selon elle, ces salariés ont dit que «la plupart du temps, ils pensaient que ce langage était utilisé de façon "amicale" et en général par des collègues afro-américains».

Tesla aurait réagi aux plaintes de son employé Owen Diaz en congédiant deux contractuels. Mais ce mea culpa n'a pas convaincu Larry Organ, l'avocat de l'ex-employé: «Notre ligne d'attaque était que Tesla n'assume pas ses responsabilités. Ils font la même chose maintenant: ils inventent des excuses».

Tesla plaide l'imperfection

«Même si nous croyons fermement que les faits ne justifient pas cette décision du jury de San Francisco, nous reconnaissons qu'en 2015 et 2016, nous n'étions pas parfaits», précise la RH Valerie Capers Workman.

La vice-présidente a aussi souligné que Tesla avait fait des changements depuis la période où Owen Diaz travaillait dans l'usine, en constituant une équipe de ressources humaines qui enquête sur les plaintes des employés.

«Nous ne sommes toujours pas parfaits. Mais nous avons parcouru beaucoup de chemin en cinq ans»

Une mauvaise semaine pour le constructeur automobile

137 millions, c'est beaucoup, mais rappelons quand même que le leader des voitures électriques Tesla est valorisé à hauteur de 780 milliards de dollars.

Son patron, le fantasque Elon Musk, est actuellement la personne la plus riche au monde, avec une fortune évaluée à 211 milliards de dollars, d'après le Bloomberg Billionaires Index.

Toutefois, le milliardaire ne doit pas passer une super semaine. Outre cette condamnation, il doit faire face à la concurrence potentielle d'un nouveau venu sur le marché des voitures électriques, et qui risque bien de lui faire de l'ombre...

(mbr)

Pendant ce temps, dans des supermarchés américains... des gens bizarres.

1 / 19
Des photos étranges prises dans des supermarchés américains
source: imgur
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Et sinon, James Bond, vous en pensez quoi? Voici l'avis de la team watson!

Plus d'articles sur le monde de la tech...

«Il faut casser le monopole de Facebook, on est des junkies»

Link zum Artikel

Cette lanceuse d'alerte est devenue le pire cauchemar de Mark Zuckerberg

Link zum Artikel

Twitter se moque de la panne de Facebook & Co et c'est drôle 🤡

Link zum Artikel

Google ignore le télétravail en s'offrant des bureaux à 2 milliards

Link zum Artikel

Elon Musk assure que son robot n'est pas là pour détruire l'humanité

Link zum Artikel

Tesla sous enquête pour 10 décès liés à l'autopilotage

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Tesla, bientôt détrônée par une camionnette électrique?

D'abord conçue comme une voiture de sport abordable, puis comme un quad, la camionnette Rivian pourrait bientôt devenir la voiture américaine du futur. Et ainsi, faire de l'ombre au constructeur automobile Tesla.

Rivian a été fondée en 2009 par un jeune entrepreneur américain du nom de Robert (RJ) Scaringe. Ce dernier s'intéresse au développement et à la production de véhicules 100% électriques, de manière presque chirurgicale. Moins de douze années plus tard, la start-up fera son entrée en bourse dans deux mois, pendant la période de Thanksgiving.

La société est évaluée à 80 milliards de dollars et elle collabore déjà avec un sacré partenaire commercial: le géant de l'e-commerce, Amazon. De …

Lire l’article
Link zum Artikel