DE | FR

Une faille du bitcoin salvadorien a permis une fraude géante

Le Salvador faisait sensation, début septembre, en adoptant le Bitcoin comme monnaie. Récemment, des traders ont pu en profiter pour s'enrichir.
06.11.2021, 17:07
Céline Deluzarche / slate
Un article de Slate
Slate

Le 7 septembre, le Salvador est devenu le premier pays au monde à faire du bitcoin sa monnaie officielle (en plus du dollar américain).

L'adoption de la cryptomonnaie a pour objectif de réduire le montant des commissions sur les envois de fonds depuis l'étranger des expatriés, faciliter l'accès des citoyens sans compte bancaire (soit sept habitants sur dix) aux services financiers et attirer de nouveaux investissements étrangers. Chacun a ainsi la possibilité d'ouvrir un portefeuille numérique Chivo, où il peut acheter et vendre ses bitcoins.

Les prix peuvent être gelés

Mais, une faille du système, comme l'explique New Scientist, permet aux traders de s'enrichir en toute légalité et aux frais de l'Etat. Pour encourager les échanges et offrir une certaine visibilité sur les prix (histoire que votre steak n'ait pas augmenté de 10% entre le moment où vous le commandez au restaurant et où le serveur valide la transaction), le portefeuille Chivo permet de «geler» les prix durant soixante secondes après la transaction.

Un délai exploité par les traders pour pratiquer un «scalping» agressif, technique qui consiste à prendre des positions de très courte durée (quelques secondes ou quelques minutes) pour empocher la différence entre le prix d'achat et de vente.

Si la valeur du bitcoin augmente durant la minute de latence, les traders achètent la cryptomonnaie à sa valeur «gelée», et si elle diminue, ils vendent leur position. Alors que ce risque est habituellement couvert par les frais de commission sur les grandes plateformes de trading, dans le cas du Chivo, c'est l'Etat et donc l'ensemble des contribuables qui assument les pertes éventuelles.

Le 18 octobre, le gouvernement salvadorien a fini par jeter l'éponge et annoncé la suspension du gel de soixante secondes, dénonçant les personnes qui utilisent le système pour «frauder» et «s'enrichir sans limite». Les utilisateurs sont à présent limités à une transaction toutes les trois minutes.

Une manif «No bitcoin»

Cette affaire risque de saper un peu plus la confiance déjà très faible des Salvadoriens envers le bitcoin. Une étude publiée juste avant le lancement de la cryptomonnaie en septembre montrait que 70% des citoyens étaient opposés au bitcoin en tant que monnaie officielle et que neuf personnes sur dix ne savent tout simplement par ce qu'est le bitcoin ou n'en ont qu'une idée vague.

Mi-octobre, des manifestants scandant «No bitcoin» ont défilé dans les rues de la capitale San Salvador pour dénoncer la décision unilatérale du président Nayib Bukele et les nombreux dysfonctionnements du portefeuille numérique. Le 5 novembre une autre manifestation s'est tenue 👇.

source: keystone

Et si plus de trois millions de Salvadoriens ont téléchargé un portefeuille Chivo en un mois, c'est sans doute plus pour profiter des 30 dollars offerts par le gouvernement à l'ouverture du compte que pour réellement s'en servir. 93% des entreprises du pays affirment ainsi n'avoir jamais reçu le moindre paiement en bitcoins.

Les Etats-Unis se sont, eux aussi, élevés contre la mesure, arguant que cela allait favoriser le blanchiment d'argent et les trafics. Pas de quoi inquiéter le gouvernement, qui estime qu'il ne s'agit que de simples «problèmes d'apprentissage». Pour l'instant, le bitcoin continue à voguer de records en records. Le 20 octobre, il a franchi la barre des 67 000 dollars (près de 61 000 francs).

Cet article a été publié initialement sur Slate. Watson a changé le titre et les sous-titres. Cliquez ici pour lire l'article original

En parlant de révolution technologique...

Covid plus dictature, plus d'articles par ici

«Je l'ai portée l'Etoile, moi»: la manif des anti-vax crée l'indignation

Link zum Artikel

Des milliers de Français dans la rue crient à la «dictature»

Link zum Artikel

A Londres, des antivax veulent «pendre les médecins comme à Nuremberg»

Link zum Artikel

Une dictature menace-t-elle vraiment à cause du Covid? «Le risque existe»

Link zum Artikel
«Gastro ou pas, c'est 3 couches par jour»: scandale dans des EMS en France
Stupeur en France suite à des révélations faisant état de maltraitance dans des EMS gérés par le «leader mondial» du secteur de la dépendance.

Le livre est en vente à partir d’aujourd’hui, mais il fait déjà scandale en France. Son titre: «Les fossoyeurs» (éditions Fayard). Son thème: la maltraitance dans les EMS (en France, les Ehpad: Etablissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes). L’auteur et journaliste indépendant Victor Castanet est depuis deux jours invité sur tous les plateaux-télés. Ses révélations sont accablantes. Elles mettent en cause le groupe de maisons de retraite et de cliniques privées Orpea, qui se présente comme le «leader mondial» du secteur de la dépendance.

L’article