DE | FR
Vin rouge verres mer bouteille sous-marin Espagne sable plage plongeur

Image: facebook/Crusoe Treasures

Vous dégusterez bien un verre de vin sous-marin?

Un plongeur espagnol a eu l'idée de créer une cave à vin sous-marine, dans sa région du Pays basque. La demande pour des bouteilles stockées en mer est devenue si forte, que même des grandes marques de champagne s'y sont mises.



L'idée lui est venue, suite à la découverte de bouteilles restées intactes pendant plus de 80 ans dans un sous-marin allemand, vestige de la Première Guerre mondiale. Borja Saracho, un plongeur de Plentzia, ville côtière au nord de l'Espagne, a voulu tester le stockage de ses vins rouges dans la mer. Et il a bien fait.

La technique expliquée en vidéo:

abspielen

Vidéo: YouTube/AFP News Agency

Selon le plongeur espagnol, le goût du vin évoluant pendant plusieurs mois ou années, à 60 mètres sous la mer, est à la fois délicieux et très distinctif, comparé à celui d'une cave traditionnelle. Borja Saracho a d'ailleurs lancé sa société, en 2010, suite aux nombreuses demandes venant d'Espagne et d'autres pays.

Le champagne aussi

Il n'y a pas que les bouteilles de vin rouge qu'on garde sous l'eau, le champagne aussi. La marque française Veuve Clicquot a vendu une bouteille unique, restée en mer pendant 179 ans, pour la modique somme de 30 000 euros (33 000 francs). Et son concurrent, Louis Roederer, s'est mis à stocker ses bouteilles dans les eaux françaises du Mont-Saint-Michel. Santé!

Plus d'articles «Actu»

«Sans nouveau variant, on peut espérer du mieux entre l'été et l'hiver 2021»

Link zum Artikel

Une Tesla en pilotage automatique s'écrase au Texas, deux morts

Link zum Artikel

Le show à l'américaine de la SSR n'a pas convaincu

Link zum Artikel

Vers une interdiction des animaux sauvages dans les cirques?

Link zum Artikel

C'est enfin prouvé, les Suisses ne réclament pas de fraises en hiver

C'est la grande distribution qui impose les fraises en hiver et non pas les consommateurs qui les demandent. Voilà le résultat d'une longue enquête de la FRC. Malgré une sensibilité affichée pour le local, les Suisses pensent aussi avec leur porte-monnaie, confie un producteur.

«Ce sont les consommateurs qui réclament des fraises en hiver.» Voilà l'excuse que la grande distribution dégaine à chaque fois qu'elle doit justifier pourquoi elle vend massivement des fraises étrangères - notamment espagnoles - dès le mois de janvier. Lassée par cette rengaine, la Fédération romande des consommateurs (FRC) a décidé d'en avoir le cœur net.

Quinze mois d'enquête, 36 clients mystères et plus de 430 relevés chez Migros, Coop, Denner, Manor, Lidl et Aldi plus tard, le résultat …

Lire l’article
Link zum Artikel