International
Elon Musk

Elon Musk et Neuralink vont implanter des puces dans le cerveau

Musk va pouvoir implanter des puces dans le cerveau humain

La start-up Neuralink, cofondée par Elon Musk, a annoncé avoir reçu l'accord des autorités sanitaires américaines pour tester ses implants cérébraux connectés sur des humains.
26.05.2023, 10:2428.05.2023, 11:51
Plus de «International»

«Un premier pas important qui permettra un jour à notre technologie d'aider de nombreuses personnes», a déclaré la société californienne sur son compte Twitter jeudi, précisant que «les recrutements pour les essais cliniques ne sont pas encore ouverts».

Pour rappel, Neuralink conçoit des appareils connectés à implanter dans le cerveau pour communiquer avec les ordinateurs directement par la pensée. Ils doivent d'abord servir à aider des personnes paralysées ou souffrant de maladies neurologiques.

La start-up veut ensuite rendre ces implants suffisamment sûrs et fiables pour qu'ils relèvent de la chirurgie élective (de confort) - des personnes pourraient alors débourser quelques milliers de dollars pour doter leur cerveau d'une puissance informatique.

Pour Elon Musk, ces puces doivent permettre à l'humanité d'arriver à une «symbiose avec l'intelligence artificielle (IA)», selon ses mots de 2020, prononcés lors de la conférence annuelle de l'entreprise. Le milliardaire craint que des systèmes d'IA ne dépassent les humains et ne prennent un jour le contrôle.

En mars, il a fondé X.AI, une nouvelle entreprise spécialisée dans l'IA, probablement pour rivaliser avec OpenAI, l'entreprise qui a conçu ChatGPT, un programme d'IA générative à succès, capable d'interagir avec les humains et de produire toutes sortes de textes sur demande.

Premiers tests sur les animaux

Pour l'instant, les prototypes de la taille d'une petite pièce de monnaie ont été implantés dans le crâne d'animaux. Plusieurs singes sont ainsi capables de «jouer» à des jeux vidéo ou de «taper» des mots sur un écran, simplement en suivant des yeux le mouvement du curseur à l'écran.

«Nous sommes désormais confiants dans le fait que l'appareil de Neuralink soit prêt pour les humains, donc le calendrier dépend du processus d'approbation de la FDA»
Elon Musk

Le patron de Tesla et SpaceX est un habitué des prédictions hasardeuses, notamment au sujet de l'autonomie des voitures électriques Tesla. En juillet 2019, il avait estimé que Neuralink pourrait réaliser ses premiers tests sur des individus en 2020.

La concurrence s'installe

Fin novembre, la start-up avait aussi fait le point sur ses dernières avancées dans la conception d'un robot-chirurgien et le développement d'autres implants, à installer dans la moelle épinière ou les yeux, pour rendre la mobilité ou la vision.

En 2022, Elon Musk a exhorté les employés de Neuralink à travailler plus vite. «Nous serons tous morts avant que quoi que ce soit d'utile ne se produise», leur a-t-il dit lors d'une réunion l'année dernière, d'après l'agence de presse Bloomberg.

D'autres entreprises travaillent sur le contrôle des ordinateurs par la pensée, comme Synchron, qui a annoncé en juillet 2022 avoir implanté la première interface cerveau-machine aux Etats-Unis. (ats/sia)

Ce robot imite les visages humains à la perfection
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Donald Trump réclame encore l'abandon de son procès en Floride
L'élection présidentielle américaine, comme si vous y étiez. (Ou presque.) Suivez en direct les dernières infos, les abandons, les coups bas, les coups de sonde et le marathon judiciaire de Donald Trump. Pour connaître l'identité du prochain président le plus puissant de la planète, RDV le 5 novembre. Cheers!

🍔 L'élection présidentielle américaine a officiellement démarré le 15 janvier 2024, avec le très attendu caucus républicain de l'Etat de l'Iowa. Fred vous racontait tout ça ici.

L’article