DE | FR

Le Covid-19 retarde le retour des Américains sur la lune

Sur cette image de la NASA, l'astronaute américain Buzz Aldrin pose pour une photo à côté du drapeau américain déployé sur la lune pendant la mission Apollo 11, le 20 juillet 1969.
Sur cette image de la NASA, l'astronaute américain Buzz Aldrin pose pour une photo à côté du drapeau américain déployé sur la lune pendant la mission Apollo 11, le 20 juillet 1969.Image: sda
Annoncé pour 2024, il faudra donc aux Américains deux années supplémentaires pour renvoyer des astronautes sur la Lune. Le Covid-19 est lié à ce retard.
16.11.2021, 06:3816.11.2021, 06:51

Le retour des hommes sur la Lune, déjà repoussé la semaine dernière par la NASA de 2024 à 2025, aura en réalité lieu en 2026 «au plus tôt», a jugé lundi un audit public. La mission, qui sera l'équivalente d'Apollo 11, s'appelle Artémis 3.

«Le programme américain Artémis de retour sur la Lune rencontre des difficultés techniques et des retards accrus par la pandémie de Covid-19 et des événements météorologiques. Notamment en cause, le temps de développement requis pour terminer deux éléments indispensables à cette mission historique.»
Un rapport du bureau de l'inspecteur général, qui est indépendant

SpaceX a pris deux fois plus de temps que prévu

Dans son rapport, le bureau de l'inspecteur général loue «le rythme rapide» de production SpaceX, grâce à un système largement géré «en interne». Lors de visites en août au siège en Californie et dans les usines au Texas, 20 prototypes de Starship et 100 moteurs Raptor avaient déjà été construits, note-t-il.

Mais alors que ces quinze dernières années la durée entre l'attribution d'un contrat et le premier vol était de huit ans et demi, SpaceX est censé réaliser cette prouesse en moitié moins de temps, relève l'audit.

«2026, au plus tôt»

Compte tenu de ces facteurs, «nous estimons que la NASA va dépasser de plusieurs années son calendrier actuel pour poser des humains sur la Lune en 2024», écrit le rapport, qui ne prend pas en compte la dernière annonce de l'agence ayant reculé la date. Cette dernière «va probablement glisser à 2026 au plus tôt», ajoute-t-il.

La mission Artémis 3 sera précédée d'Artémis 2, qui emmènera des astronautes jusqu'à la Lune, mais sans atterrir. Celle-ci est prévue en 2024, ce que conclut aussi le rapport. Avant, Artemis 1 ira aussi jusqu'à la Lune, mais sans astronaute à bord. Cette mission est normalement prévue pour février 2022, mais l'audit estime qu'elle aura en réalité lieu «à l'été 2022». (ats/jch)

Pendant ce temps-là, en Suisse romande: «un mec intelligent», «raciste»: ce que les Suisses pensent d'Eric Zemmour

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Elle apprend qu'elle a gagné le gros lot en vérifiant ses spams

Link zum Artikel

Bob Dylan assure ses arrières en vendant tout son catalogue musical

Link zum Artikel

Evan Rachel Wood accuse Marilyn Manson de viol en plein tournage

Link zum Artikel

Joe Biden, agacé, traite un journaliste de «fils de p***»

Link zum Artikel
«Maus», la BD d'Art Spiegelman sur la Shoah, bannie dans le Tennessee
Une école du Tennessee a viré le Maus d'Art Spiegelman parce qu'on y trouve des mots «vulgaires» et «une femme nue». Et le devoir de mémoire alors? Glaçante époque que la nôtre où militants woke et puritains trumpistes se réunissent en une folle culture de l'offense. Stop!

Pitié, dites-moi qu'on n'a pas tous quelque chose en nous de Tennessee. Du moins s'il est question de l'un de ces Etats américains qui enchaînent absurdité puritaine sur absurdité puritaine. Dernier épisode en date, la décision d'une école de bannir de son programme de huitième année la BD Maus. Parce qu'on y voit «huit gros mots» et «l’image d’une femme nue», selon le PV de la séance du conseil d'administration de la McMinn County Schools, disponible ici.

L’article