ciel couvert
DE | FR
International
Espagne

Echangée à la naissance avec un autre bébé, elle réclame 3 millions

Echangée à la naissance par erreur, elle réclame 3 millions

Image
Image: Shutterstock
A ses 15 ans, une Espagnole a découvert qu'elle avait été remise aux mauvais parents après sa naissance. Désormais adulte, elle réclame 3 millions d'euros à l'hôpital pour les dommages subis.
09.09.2021, 07:2009.09.2021, 18:04

Une Espagnole de 19 ans réclame trois millions d'euros après avoir été intervertie, juste après sa naissance, avec un autre nouveau-né et confiée à une famille qui n'était pas la sienne. L'affaire remonte à 2002.

Elle s'est produite entre les murs de l'hôpital San Millan de Logroño, dans le nord de l'Espagne, un établissement désormais fermé, et est le résultat d'«une erreur humaine», ont expliqué les autorités de la région de la Rioja.

Elevée par sa grand mère

Cet échange entre les deux petites filles, nées le même jour à cinq heures d'écart et toutes deux placées en couveuse, n'a été mis au jour que quinze ans plus tard. C'est en effet à la faveur d'un conflit et d'une sombre histoire de pension alimentaire dans une de ces deux familles que des tests ADN avaient révélé que ni le père ni la mère de la jeune fille étaient ses parents biologiques.

Cette dernière, qui avait toujours été élevée par sa grand-mère présumée, a depuis déposé une plainte, s'estimant lourdement pénalisée par cet échange à la maternité. L'avocat de la jeune femme a déclaré:

«Il s'agit de dommages immenses, qui dureront toute la vie et ne seront jamais réparables»

La jeune femme réclame désormais trois millions d'euros pour les dommages subis, mais les autorités sanitaires ne sont disposées à payer que 215 000 euros. (ats)

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«L'Etat nous a menti»: de plus en plus de Russes en ont marre de la guerre
En Russie, l'été a laissé sa place à l'automne, mais aussi à l'inquiétude. La guerre en Ukraine est désormais sur toutes les lèvres du pays, bien que la majorité du peuple l'ait accepté aujourd'hui.

«Petja doit-il aller à la guerre?» Cette pensée ne quitte pas l'esprit de Rita depuis des mois. Même après que le président russe Vladimir Poutine a déclaré la fin de la mobilisation il y a quelques jours, elle ne la quitte pas. «Non, Petja ne va pas à la guerre», a décidé Rita. Comme elle a aussi décidé qu'en famille, ils tourneraient le dos à leur pays. «Définitivement».

L’article