DE | FR

Une jeune otage américaine a vécu un calvaire entre les mains de l'EI

La jeune otage américaine Kayla Mueller, âgée de 25 ans sur cette photo, fait partie de nombreuses jeunes femmes qui ont été violées par l'ex-chef de l'Etat Islamique, Abou Bakr al-Baghdadi.
La jeune otage américaine Kayla Mueller, âgée de 25 ans sur cette photo, fait partie de nombreuses jeunes femmes qui ont été violées par l'ex-chef de l'Etat Islamique, Abou Bakr al-Baghdadi.Image: twitter
Lia Mulla a livré un témoignage glaçant au procès d'El Shafee el-Sheikh, un djihadiste accusé d'avoir fait partie d'un trio spécialisé dans la capture et l'exécution d'otages occidentaux.
12.04.2022, 05:0512.04.2022, 08:44

Une jeune Yazidie a raconté lundi, dans un tribunal aux Etats-Unis, avoir vu le chef du groupe Etat islamique (EI) emmener «pour la nuit» la jeune otage américaine Kayla Mueller.

L'Américaine, enlevée en août 2013 en Syrie juste avant ses 25 ans, avait un temps été sous la supervision de ces trois hommes à l'accent britannique, surnommés «les Beatles» par leurs prisonniers, ont dit à la barre plusieurs anciens otages européens qui l'ont croisée en détention.

Lia Mulla l'a rencontrée un an plus tard après avoir été, elle aussi, capturée par des djihadistes de l'EI vers les monts Sinjar, dans le nord-ouest de l'Irak.

Placée dans la même cellule que l'Américaine, elle a raconté avoir communiqué «principalement avec les mains et quelques mots d'arabes», mais uniquement en l'absence de leurs gardiens qui leur avaient interdit d'échanger.

«La maison sale»

Pendant une semaine environ, elles ont été prisonnières dans «une maison rouge», sous la coupe d'un couple, «Abou Sayef et Oum Sayef»:

«Elle, nous traitait comme des esclaves», «lui, nous terrifiait en nous montrant des vidéos de décapitation et en nous menaçant avec des armes.»

La situation a encore empiré quand elles ont été déplacées, avec une autre jeune femme yazidie, dans «la maison sale», a-t-elle poursuivi. «Pourquoi l'aviez-vous appelé ainsi?» lui a demandé la procureure Alicia Cook. «Parce que c'est l'endroit où ils amenaient les jeunes femmes pour les violer.»

Une nuit, le chef de l'EI, Abou Bakr al-Baghdadi, qu'elle a croisé dans une de ses premières prisons et qu'elle appelle «Abou Khalid», «est entré» dans la cellule où les trois femmes dormaient:

«Il a pris Kayla pour la nuit. Quand il l'a ramenée le matin suivant, elle était très triste, nerveuse, en pleurs. Elle nous a dit qu'il l'avait violée et que, si elle essayait de fuir, il la tuerait. C'est arrivé une autre fois. Des femmes yazidies» avaient subi le même sort.»

«Dire au monde»

La jeune Yazidie décide alors de s'échapper. Elle fait part de son projet à ses deux compagnes de cellule, mais Kayla Mueller «a trop peur d'être décapitée» pour la suivre. L'Américaine lui demande toutefois, si elle s'en sort, de «dire au monde» ce qu'il lui arrive.

Lia Mulla parvient à fuir par une fenêtre. Par l'intermédiaire d'un ami de son frère, elle entre ensuite en contact avec des Américains:

«Je leur ai dit qu'il y avait cette jeune Américaine détenue par l'EI... et tout le reste.»

Malgré ce témoignage, Kayla Mueller ne survivra pas à cette expérience. En février 2015, l'EI assurera à sa famille que Kayla a été tuée dans une attaque aérienne menée par la Jordanie. Une explication qui n'a jamais convaincu les autorités américaines.

Son décès, et l'exécution de trois otages américains mise en scène dans des vidéos de propagande, valent à El Shafee el-Sheikh, 33 ans, d'être jugé aux Etats-Unis. Déchu de sa nationalité britannique, il admet avoir été djihadiste dans les rangs de l'EI mais nie avoir fait partie des «Beatles», malgré des interviews accablantes qu'il a données après son arrestation par les forces kurdes syriennes en 2018.

Après dix jours consacrés à l'accusation, ses avocats pourront à partir de mardi après-midi présenter leurs arguments. S'ils décident de ne pas le faire et si l'accusé garde le silence, le réquisitoire et le plaidoyer pourraient avoir lieu mercredi matin. Les jurés se retireront alors pour délibérer. (ats/jch)

Un peu de légèreté: Un policier tombe sur une voiture autonome…qui s'enfuit

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Bombes au phosphore: Poutine a déclenché «l'enfer sur terre» à Marioupol
L'armée de Poutine aurait utilisé une bombe au phosphore au-dessus de l'usine Azovstal, où se trouvent encore plusieurs personnes. On vous explique pourquoi elles sont si dangereuses.

«À Azovstal, c'est l'enfer sur terre.» Selon le député du conseil municipal de Marioupol Petro Andriouchtchenko, les forces armées russes ont ouvert les portes de cet enfer: Azovstal, le dernier lieu de repli des troupes ukrainiennes dans la ville portuaire de Marioupol, aurait en effet été bombardé dimanche avec la redoutable bombe au phosphore.

L’article