DE | FR

L'EI a confirmé la mort de son chef, et du coup s'est choisi un successeur

Un bâtiment endommagé après l'opération antiterroriste présumée des forces spéciales américaines dans le village d'Atma, en Syrie, le 3 février 2022.
Un bâtiment endommagé après l'opération antiterroriste présumée des forces spéciales américaines dans le village d'Atma, en Syrie, le 3 février 2022.Image: sda
Un peu plus d'un mois après l'annonce de son décès par les Etats-Unis dans une opération en Syrie, l'organisation Etat islamique (EI) a fini par confirmer la mort de son ancien chef. Et révélé le nom de son successeur.
10.03.2022, 20:2411.03.2022, 12:59

Jeudi, l'Etat islamique (EI) a finalement confirmé la mort de son chef, Abou Ibrahim al-Hachimi al-Qourachi et nommé son successeur. Les jihadistes de l'EI ont «prêté allégeance à Abou Hassan al-Hachimi al-Qourachi, l'émir des croyants et calife des musulmans», a déclaré le porte-parole du groupe, Abou Omar al-Mouhajir, dans un enregistrement audio publié sur Telegram.

Une annonce tardive

Les décès de l'ancien chef de l'EI ainsi que de son précédent porte-parole sont également confirmés dans l'enregistrement.

«Abou Ibrahim al-Hachimi al-Qourachi et le porte-parole officiel de l'Etat islamique [...] Abou Hamza al-Qourachi ont été tués récemment», a ajouté le nouveau porte-parole.

L'ancien chef de l'EI s'est fait exploser au cours d'une opération des forces spéciales américaines dans le nord-ouest de la Syrie, une région sous le contrôle de jihadistes, avait déclaré le président américain Joe Biden le 3 février dernier.

Qourachi, originaire de Tal Afar, à 70 kilomètres à l'ouest de Mossoul en Irak, avait pris fin octobre 2019 la tête du groupe après l'élimination de son prédécesseur Abou Bakr al-Baghdadi le même mois.

Qui est ce nouveau chef?

Le nouveau chef de l'organisation radicale sunnite, le troisième du groupe depuis sa création, a jusqu'ici peu fait parler de lui. Le communiqué du groupe ne donne pas plus de détails sur son identité.

Selon l'enregistrement de l'EI, la nomination d'Abou Hassan al-Qourachi en tant que successeur avait été approuvée par Abou Ibrahim avant sa mort. Sa nomination a été confirmée par les dirigeants du groupe.

Un moment de faiblesse pour l'EI

Ce dernier prend les rênes de l'EI au moment où le groupe est affaibli par des offensives successives soutenues par les Etats-Unis pour contrecarrer une résurgence jihadiste. En effet, après une montée en puissance fulgurante en 2014 en Irak et en Syrie voisine et la conquête de vastes territoires, l'EI a vu son «califat» autoproclamé vaciller sous le coup d'offensives successives dans ces deux pays.

Les Forces démocratiques syriennes, dominées par les Kurdes et soutenues par la coalition internationale, avaient vaincu en 2019 l'Etat islamique en Syrie en le chassant de son dernier fief de Baghouz dans la province de Deir Ezzor (Est).

Mais l'Etat islamique «maintient une présence largement clandestine en Irak et en Syrie et mène une insurrection soutenue de part et d'autre de la frontière entre les deux pays», selon un rapport de l'ONU publié l'an dernier. Dans ces deux pays, l'organisation jihadiste conserverait «en tout 10 000 combattants actifs», d'après ce rapport. (mbr/ats)

La crise ukrainienne en images

1 / 13
La crise ukrainienne en images
source: sda
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Il n'y avait peut-être plus de survivant»: pourquoi la police a tardé à Uvalde
Un haut responsable texan a reconnu vendredi que la police avait pris une «mauvaise décision» en n'entrant pas rapidement dans l'école d'Uvalde, mardi lors de la fusillade meurtrière qui a fait 21 victimes.

Les forces de l'ordre avaient attendu une heure dehors.

L’article