DE | FR

Sites internet de médias iraniens bloqués par la justice américaine

Les Etats-Unis ont bloqué mardi l'accès aux sites internet de plusieurs médias d'Etat iraniens. Un message affichait qu'ils avaient été «saisis par le gouvernement» américain.
22.06.2021, 20:4923.06.2021, 17:44

Les sites des chaînes d'information en arabe Al-Alam et en anglais Press-TV ainsi que la chaîne Al-Masirah des rebelles yéménites Houthis affichaient le même message faisant référence à la saisie de leur domaine dans le cadre de sanctions américaines.

Le message est accompagné des sceaux de la police fédérale et du ministère du Commerce.

«Crimes révélés»

La télévision d'Etat Irib, qui chapeaute certaines de ces chaînes, a dénoncé le blocage «de médias pro-résistance révélant les crimes des alliés des Etats-Unis dans la région».

«Alors que le gouvernement démocrate des Etats-Unis affirme soutenir la liberté d'expression, en pratique il ferme les médias en soutenant Israël et l'Arabie saoudite, deux alliés historiques de Washington au Moyen-Orient», a ajouté Irib sur son site internet.

Selon la télévision iranienne, les chaînes Al-Allah, Palestine Al-Youm, Naba et Al-Kawthar ont également été bloquées. (ats/afp)

Encore quelques surdoués de l'Euro

1 / 7
Encore quelques surdoués de l'Euro
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

A Fribourg, les activistes du climat sont condamnés

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
WikiLeaks: plainte d'avocates de Julian Assange contre la CIA
Des avocates américaines du fondateur de WikiLeaks Julian Assange ont annoncé lundi porter plainte contre la CIA et son ancien directeur Mike Pompeo. Ils les accusent d'avoir enregistré leurs conversations et copié le contenu de leurs téléphones et ordinateurs.

Les avocates et deux journalistes qui se sont joints à la plainte sont tous américains et affirment que l'agence de renseignement a violé leur droit constitutionnel à la protection des conversations privées, en l'occurrence avec Julian Assange, qui est Australien.

L’article