International
Etats-Unis

Paul Pelosi: son agresseur estime avoir été «assez amical»

L'agresseur de Paul Pelosi estime avoir été «assez amical»

Nancy et Paul Pelosi, bien avant l'agression qui a changé leurs vies.
Nancy et Paul Pelosi, bien avant l'agression qui a changé leurs vies.Image: sda
Le procureur a diffusé plusieurs parties d'un interrogatoire mené par les policiers juste après l'agression qui aurait pu être mortelle, lorsque le suspect se trouvait encore à l'hôpital.
15.12.2022, 04:0415.12.2022, 08:24
Plus de «International»

L'homme qui a agressé à la fin octobre avec un marteau le mari de la cheffe des démocrates au congrès américain Nancy Pelosi, avec l'espoir de s'en prendre à elle, a décrit un incident «assez amical» aux enquêteurs. Il est notamment accusé de tentative de meurtre.

Le Canadien de 42 ans a comparu mercredi devant un tribunal de San Francisco, lors d'une audience préliminaire qui doit déterminer s'il doit faire l'objet d'un procès, selon le San Francisco Chronicle.

Le suspect, ancien militant nudiste adepte de théories complotistes sur les réseaux sociaux, a alors décrit son intrusion au domicile des Pelosi à San Francisco, qui s'est selon lui déroulée dans un climat plutôt cordial, jusqu'à l'attaque:

«Je l'avais menacé une ou deux fois, mais dans l'ensemble, c'était assez amical»

Face aux policiers, il a toutefois reconnu avoir frappé Paul Pelosi «de toutes [s]es forces» avec le marteau.

«Briser les rotules» de Nancy Pelosi

Equipé notamment d'une corde, de paires de gants et de ruban adhésif, le suspect visait initialement Nancy Pelosi, à quelques jours des élections de mi-mandat américaines. Il projetait de «briser les rotules» de la parlementaire, si elle n'avouait pas les «mensonges» du camp démocrate, selon l'enquête.

Mais la cheffe des démocrates au congrès se trouvait à Washington ce jour-là. Avant de se faire fracturer le crâne, son mari, âgé de 82 ans, a eu le temps d'appeler le numéro d'urgence 911.

Les autorités américaines pensent que le suspect avait l'intention d'enlever la femme politique, deuxième personnage dans l'ordre protocolaire après la vice-présidente Kamala Harris pour remplacer le président américain Joe Biden en cas de force majeure.

L'homme a également assuré lors de l'interrogatoire vouloir s'en prendre à d'autres figures américaines, notamment le gouverneur de Californie Gavin Newsom, le fils du président, Hunter Biden, et l'acteur Tom Hanks, a indiqué lors de l'audience une policière.

En cas de procès, le suspect encourt une peine pouvant aller jusqu'à la perpétuité, selon la procureure générale de San Francisco. Il est également poursuivi séparément par la justice fédérale. (ats/jch)

Copin comme cochon: la raclette party
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Plus de 70 morts après une frappe israélienne à Gaza
Le gouvernement du Hamas dénonce un massacre odieux, alors que des dizaines de déplacés sont touchés dans ce camp de Gaza, précédemment désigné comme zone humanitaire par Israël.

Le ministère de la Santé du Hamas a annoncé samedi qu'une frappe israélienne avait fait au moins 71 morts et 289 blessés sur le camp de déplacés d'al-Mawasi (sud de Gaza), dans un endroit qui avait été qualifié de «zone humanitaire» par Israël.

L’article