DE | FR

Au Capitole, les émeutiers «étaient prêts pour la guerre»

Les manifestants qui ont attaqu

Au moins 200 personnes ont été inculpées pour leur rôle dans l'assaut du Capitole. Image: sda

Le 6 janvier, lors de l'assaut du Capitole de Washington, la sécurité a été déficiente pour contrer «des criminels prêts pour la guerre», ont admis, mardi, de hauts responsables. L'enquête avance.



Ils n’étaient pas préparés face à «des criminels prêts pour la guerre». Devant une commission du Sénat, mardi, trois ex-responsables de la sécurité du Capitole ont assuré que les services de renseignement avaient sous-estimé la menace des supporteurs de Donald Trump, le 6 janvier. Au cours d’une audition de près de quatre heures, ils se sont également rejeté la responsabilité du retard du déploiement de la garde nationale.

Un rapport du Pentagone daté de trois jours avant l’assaut du Capitole jugeait «faible ou improbable» le risque «d’actes de désobéissance civile» en marge de la manifestation de partisans de Donald Trump.

Témoignant devant un comité du Sénat, les responsables ont déclaré que les émeutiers «s'étaient préparés pour la guerre» avec des armes, des radios et du matériel d'escalade. L'ancien chef de la police du Capitole, Steven Sund, a déclaré qu'il s'était préparé à une manifestation, et non à «un assaut coordonné de style militaire». Quatre personnes sont mortes lors de cette attaque.

Trois des quatre fonctionnaires qui ont témoigné mardi devant la commission de la sécurité intérieure et des affaires gouvernementales ont démissionné à la suite de l'attaque, au cours de laquelle un policier du Capitole a été tué.

Des images inédites de l'assaut ont été dévoilées lors du procès Trump

abspielen

Vidéo: YouTube/AFP

Le chef de la police par intérim de Washington DC, Robert Contee, a déclaré aux législateurs, qui tiennent la première audience publique sur l'attaque, qu'il était «stupéfait» par le temps qu'il a fallu au Pentagone pour déployer des troupes de la Garde nationale pour aider à réprimer les émeutes.

Une insurrection «incitée par Donald Trump»

Les démocrates accusent l'attaque de constituer une insurrection et ont mis en accusation l'ancien président Donald Trump pour avoir prétendument incité la foule. Il a ensuite été acquitté par le Sénat, devenant ainsi le premier président de l'histoire des Etats-Unis à être avoir subit la procédure de destitution à deux reprises.

Les trois fonctionnaires ont convenu qu'il semblait y avoir un niveau de coordination et de planification de la part de la foule. «Lorsque le groupe est arrivé au périmètre, il n'a agi comme aucun groupe de manifestants que j'avais jamais vu», a déclaré Steven Sund. «Un manque évident de renseignements précis et complets dans plusieurs agences fédérales a contribué à cet événement et non une mauvaise planification par la police du Capitole des États-Unis», a ajouté le vétéran de la police depuis 30 ans

Que s'est-il passé le 6 janvier?

L’assaut du Capitole par des milliers d'émeutiers radicaux a lieu à Washington le 6 janvier 2021, à l'incitation du président sortant Donald Trump, dans une tentative de bloquer la certification des résultats du vote du collège électoral de l'élection présidentielle américaine de 2020 et la victoire du président élu Joe Biden, alors que le 117e congrès des États-Unis est réuni au Capitole pour effectuer cette étape finale du processus électoral.
Des partisans du président des États-Unis sont alors réunis par milliers à Washington pour la manifestation Save America autour d'accusations répétées par Trump selon lesquelles «l'élection lui a été volée». Par conséquent, ils protestent contre le résultat de l'élection présidentielle de 2020 et en soutien à la demande de Trump au Congrès et au vice-président Mike Pence (également président du Sénat) de rejeter la victoire de Joe Biden

Au moins 200 personnes ont été inculpées pour leur rôle dans la brèche du Capitole. Plus de 140 policiers du Capitole et 65 policiers de Washington ont été blessés au cours de cette mêlée de plusieurs heures. Le policier du Capitole Brian Sicknick a été tué dans des affrontements avec des manifestants. Deux autres policiers du Capitole se sont suicidés dans les semaines qui ont suivi l'émeute. (afp/ga)

L'assaut du Capitole en images

1 / 6
L'assaut du Capitole en images
source: epa / michael reynolds
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel

Quel skieur es-tu ?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

«Les notes vocales, c'est un truc d'égoïste»

Link zum Artikel

«Berset était obligé de lâcher un peu de lest»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Trump is back, enfin presque

Privé de réseaux sociaux depuis le mois de janvier, l'ancien président américain devrait lancer sa propre plateforme internet, d'ici trois mois.

C'est un conseiller de l'ancien locataire de la Maison Blanche, qui a fait l'annonce fracassante sur la chaîne américaine Fox News:

«Il va apporter des dizaines de millions d'abonnés à cette nouvelle plateforme», a-t-il encore ajouté. Le compte Twitter du milliardaire américain comptait 88 millions d'abonnés, avant que le réseau social à l'oiseau bleu ne décide de supprimer son profil, suite à l'assaut du Capitole, en janvier dernier.

L'ex-président a aussi été banni de manière temporaire ou …

Lire l’article
Link zum Artikel