DE | FR
Bild

shutterstock

Pourquoi la 3e dose pour tous ne convainc pas les scientifiques

La récente annonce de Joe Biden d'offrir une 3e dose à tous les vaccinés du pays a provoqué un tollé: pour une majorité d'experts, la priorité reste de vacciner le plus de monde possible.

Hélène Krähenbühl



A partir du 20 septembre, tous les Américains vaccinés avec Pfizer-Biontech et Moderna pourront recevoir un rappel. Cela, seulement huit mois après leur deuxième injection. Cette décision annoncée le 18 août dernier par Joe Biden, a provoqué un tollé dans le pays.

Parmi les réfractaires: la communauté scientifique internationale et l'Organisation mondiale de la santé (OMS), dont voici les principales inquiétudes. 👇

Le manque de données

Si de plus en plus de pays franchissent le pas d'une troisième dose, ce rappel est généralement réservé aux personnes dites «vulnérables». Israël, pas exemple, a été le premier pays à proposer une troisième piqûre à tous les gens à risque et âgés de plus de 60 ans. En France aussi, Emmanuel Macron a annoncé une troisième dose à la rentrée «pour les plus âgés et les plus fragiles». Or, l’efficacité de la pratique n’est toujours pas prouvée scientifiquement.

En l’absence de consensus solide, l’Agence américaine des médicaments et des denrées alimentaires (FDA) a d'ailleurs estimé que la mesure était «inutile» pour le moment. Elle n'a, à ce jour, toujours pas donné son feu vert.

Un preparateur remplit une seringue avec vaccin de Moderna contre la Covid-19 lors de l'inauguration du centre de vaccination de Montreux pendant la pandemie de Coronavirus (Covid-19) ce lundi 26 avril 2021 au Montreux Music & Convention Center, 2M2C a Montreux. (KEYSTONE/Laurent Gillieron)

Image: KEYSTONE

Quelques heures avant l’annonce américaine, Soumya Swaminathan, la scientifique en chef de l’OMS alertait, elle aussi, sur la pertinence d’une telle décision. En conférence de presse, elle a expliqué: 👇

«Les données actuelles n’indiquent pas que les rappels sont nécessaires. Nous ne savons pas quand ils pourraient s’avérer nécessaires, quels groupes de personnes en auraient besoin et quels vaccins il faudrait administrer»

L'égalité vaccinale

Pour les scientifiques, il s'agit aussi d'une question de priorité. «Au lieu d’offrir des rappels à un grand nombre de personnes, les pays riches doivent s’employer plus activement à faire vacciner le monde entier», peut-on lire dans un article publié mardi 17 août dans la revue Nature. La disponibilité mondiale des vaccins est limitée, rappelle par ailleurs l'édito.

Un avis partagé par l'OMS. Son directeur général, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a ainsi déclaré lors d’une conférence de presse à Genève:

«Nous avons un besoin urgent de renverser les choses: d’une majorité de vaccins allant dans les pays riches à une majorité allant dans les pays pauvres»

Côté chiffres, sur les quatre milliards de doses injectées dans le monde, 80% ont été distribuées aux pays riches ou à revenu moyen. Cela alors même qu’ils représentent moins de 50 % de la population mondiale, note La Croix. A l'heure actuelle, les pays les plus pauvres n’ont reçu qu’une infime partie des sérums censés leur parvenir grâce au dispositif de solidarité Covax, qui a pris beaucoup plus de temps que prévu.

Mike Ryan, directeur des urgences de l’OMS, a lui comparé une cette troisième injection à:

«Distribuer des gilets de sauvetage supplémentaires à des personnes qui en ont déjà un, pendant que nous laissons d’autres personnes se noyer sans le moindre gilet de sauvetage»

Joe Biden ne se démonte pas

Cette vague de critiques n'a en rien déstabilisé le président américain. Lors d’un entretien accordé à la chaîne de télévision ABC News, Joe Biden a ainsi confirmé que lui et la première dame, Jill Biden, prévoyaient de se faire injecter une troisième dose dès la rentrée.

Bild

Biden a annoncé jeudi qu'il se ferait injecter une troisième dose de vaccin.

Il a déclaré qu'ils se sentaient à l'aise de le faire même si des millions de personnes dans le monde ne sont toujours pas vaccinées. Toute simplement parce que l'Amérique a «fourni plus au reste du monde que tout le reste du monde réuni».

«Nous pouvons prendre soin des Américains et aider le monde en même temps»

La Maison-Blanche

Il a ajouté que les Etats-Unis feront don de plus de 200 millions de doses à d’autres pays. Cela, en parallèle des 100 millions de doses de rappel bientôt injectées sur leur territoire, précise le Huffpost. (hkr)

«Les effets désirables du vaccin»

1 / 7
«Les effets désirables du vaccin»
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

En Suisse, mon patron peut-il me forcer à me vacciner?

Plus d'articles sur le Covid

Les Anglais pourront choisir de porter le masque ou non, malgré le variant Delta

Link zum Artikel

La Russie bat (encore) un nouveau record de contamination au Covid

Link zum Artikel

Le personnel de soins réticent au vaccin? Les EMS répondent

Link zum Artikel

27% des lits sont occupés par des cas Covid en soins intensifs ++ Rappel de masques

Link zum Artikel

Pas besoin de l'accord des parents pour se faire vacciner

A Fribourg, le tribunal cantonal a refusé le recours d'un couple qui contestait l’injection du vaccin aux jeunes de 12 à 15 ans.

Non, les ados qui souhaitent se faire vacciner n'ont pas à demander l'accord de leurs parents avant. Cela serait contraire aux dispositions de droit international en matière de droits de l’enfant, estime le Tribunal cantonal fribourgeois qui a rejeté le recours d'un couple demandant l’arrêt définitif de la campagne de vaccination envers les mineurs.

Le principal argument des recourants? Les jeunes ne couraient «qu’un risque de santé infime en cas d’infection par le Covid-19» rapporte le …

Lire l’article
Link zum Artikel