DE | FR
Image: Shutterstock

La Suisse aurait tout intérêt à partager ses vaccins. Voici pourquoi

Les pays riches ont récupéré 80% des 4 milliards de doses déjà produites contre le Covid. Pourtant, une meilleure répartition des vaccins serait dans notre intérêt, tant médicalement qu'économiquement. Cynique?
06.08.2021, 05:5106.08.2021, 17:02
Suivez-moi

Mercredi, l'OMS est montée au créneau pour appeler les Etats riches à partager leurs doses contre le Covid avec leurs homologues défavorisés. «Nous avons un besoin urgent de renverser les choses: d'une majorité de vaccins allant dans les pays riches à une majorité allant dans les pays pauvres», a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur de l'institution.

Les pays riches ont
tout gardé

Lancée en juin 2020, le programme Covax, qui visait à une meilleure répartition des vaccins dans le monde, n'a pour le moment pas porté ses fruits.

Alors que les plus riches débattent d'injecter ou non une troisième dose à leur population, les plus pauvres peinent à mettre la main sur un vaccin. Sur les 4 milliards de doses injectées dans le monde, 80% sont allés à des Etats à revenu élevé ou moyen. Un autre chiffre est encore plus parlant: dans les pays défavorisés, à peine plus d'une personne sur 100 a reçu sa première piqûre contre 55 en Suisse.

Une situation qui n'étonne pas Sergio Rossi, professeur d'économie à l'Université de Fribourg.

«Chacun cherche à satisfaire en premier son intérêt national et pour les entreprises pharmaceutiques, c'est plus profitable de vendre d'abord aux pays riches et de négliger les plus pauvres»

Médicalement, partager serait
un avantage pour nous

Pourtant, au-delà de toutes considérations humanitaires, la Suisse et les autres Etats favorisés auraient tout intérêt à mieux répartir les doses au niveau planétaire, selon l'infectiologue Laurence Senn. «C'est à notre avantage de partager les vaccins parce que si on laisse circuler le virus dans certaines régions du monde on continuera à assister à l'émergence de nouvelles souches.»

Des variants potentiellement plus transmissibles ou moins bien couverts par les vaccins. Le fameux Delta, apparu en Inde avant de se répandre à travers le globe en est le parfait exemple.

«Et avec les mouvements des voyageurs, la population suisse sera forcément touchée», affirme Laurence Senn. La responsable de l'unité prévention et contrôle de l'infection au CHUV souligne donc la nécessité d'aborder la problématique de manière planétaire: «A moyen ou long terme, c'est la seule façon d'être moins impacté par le Covid.»

Aussi un atout économique

Mais l'intérêt de la Confédération ne se limite pas à l'aspect médical, selon Sergio Rossi. «Si les gens des pays défavorisés sont en bonne santé, ils vont consommer davantage et ça, c'est un atout pour les entreprises suisses», analyse l'économiste.

«C'est dans l'intérêt économique de la Suisse de faire en sorte que les gens en Afrique soient vaccinés»
Sergio Rossi, économiste

Autre avantage d'une meilleure couverture vaccinale à travers le globe à ses yeux: La levée des contraintes sanitaires pour les voyageurs. «Cela permettrait au tourisme et notamment au tourisme d'affaires, important dans notre pays, de reprendre».

Sans oublier la géopolitique

Finalement, Sergio Rossi pointe un atout géopolitique. «Si les personnes sont en meilleure santé, ils ont un travail qui leur permet de vivre, il y a donc moins de conflits sociaux et une plus grande stabilité dans les pays défavorisés. Tout cela mène à moins de migrations.»

25 trucs énervants que les gens font dans la vie

1 / 28
25 trucs énervants que les gens font dans la vie
source: reddit
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

En Suisse, mon patron peut-il me forcer à me vacciner?

Video: watson
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Deux Américains racontent l'enfer de leur captivité en Russie
Ils ont quitté les États-Unis pour aller combattre la Russie en Ukraine. Lors de leur première mission, les deux Américains ont été faits prisonniers par les Russes. Récemment libérés, ils racontent aujourd'hui l'horreur de 104 jours de prison.

Ce sont les images de familles ukrainiennes en fuite qui ont poussé Alex Drueke et Andy Tai Huynh à agir. Les deux Américains ont chacun décidé de se rendre en Ukraine et de rejoindre la Légion internationale pour la défense de l'Ukraine.

L’article