DE | FR

En Californie, le retrait non consenti d'un préservatif sera puni

En adoptant cette loi, l'Etat américain progressiste veut rappeler l'importance du consentement dans les relations sexuelles.
09.10.2021, 09:0910.10.2021, 10:33

La décision est historique pour les Etats-Unis. La Californie est le premier Etat du pays à sanctionner le retrait non consenti d'un préservatif pendant une relation sexuelle. La pratique expose à des risques d'infection sexuellement transmissible, comme le VIH et de grossesse non désirée.

L'importance du consentement

Les victimes de «stealthing» (retrait non consenti du préservatif) pourront poursuivre en justice les auteurs. «En adoptant cette loi, nous soulignons l'importance du consentement», a tweeté le bureau du gouverneur de Californie, en annonçant la signature de cette loi, adoptée le 7 septembre.

«Cette lutte a commencé avant ma naissance. Cela n'avait que trop tardé. C'est un euphémisme de le dire.»
Cristina Garcia, membre du Parlement de Californie à l'origine du projet de loi

Le stealthing, considéré comme une agression sexuelle

Selon la nouvelle loi, une personne commet une agression sexuelle, lorsqu'elle «provoque un contact entre un organe sexuel, dont un préservatif a été enlevé, et les parties intimes d'une autre qui n'a pas verbalement consenti au retrait du préservatif».

Le «stealthing» transforme «une relation sexuelle consentie en relation non consentie» et est «vécu par beaucoup comme une grave violation de la dignité et de l'autonomie».

Mme Brodsky y soulignait l'existence de forums en ligne proposant des conseils sur la façon de retirer son préservatif sans que son ou sa partenaire ne s'en rende compte. Certains ont depuis été fermés.

En Suisse aussi...
En janvier 2017, un Français, à qui il était reproché cette pratique, avait été condamné par un tribunal de Lausanne en Suisse pour «viol» à douze mois de prison avec sursis. La peine a été confirmée en appel, mais requalifiée d'«acte d'ordre sexuel commis sur une personne incapable de discernement ou de résistance». (sda/ats/afp)

«Ce n'est pas parce qu'on bande ou qu'on mouille, qu'on est consentant»

Plus d'analyses sur les Etats-Unis

Pourquoi les évangélistes adorent Donald Trump

Link zum Artikel

Pourquoi le Financial Times compare-t-il les cryptomonnaies à QAnon?

Link zum Artikel

La justice se rapproche de plus en plus de Trump, qui devient nerveux

Link zum Artikel

Facebook confirme le bannissement de Trump, 6 questions que l'on se pose

Link zum Artikel

Covid: un patient sur quatre aux soins intensifs ne survit pas en Suisse

C'est ce que soutient la NZZ Am Sonntag en s'appuyant sur les chiffres des autorités sanitaires. Depuis le mois d'août, le taux des patients Covid dans les unités des soins intensifs ne cesse d'augmenter.

Depuis plusieurs semaines, les autorités sanitaires tirent la sonnette d'alarme au sujet du taux d'occupation des unités de soins intensifs. Les chiffres publiés par l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) montrent en effet que le pourcentage de patients Covid admis dans ces services est en augmentation.

Alors qu'au plus fort de la deuxième vague, en novembre 2020, près de la moitié des lits dans les unités de soins intensifs étaient occupés par des personnes atteintes du Covid-19, ce …

Lire l’article
Link zum Artikel