DE | FR

Depuis Orlando, Trump monte à nouveau sur le ring

Former president Donald Trump speaks at the Conservative Political Action Conference (CPAC) Sunday, Feb. 28, 2021, in Orlando, Fla. (AP Photo/John Raoux)

L'ancien président Donald Trump prend la parole à la Conférence d'action politique conservatrice, dimanche 28 février 2021, à Orlando, en Floride. Image: sda

Devant ses suppoerters, rntre deux upercuts contre Biden, Donald Trump fait le point sur son avenir politique et flirte avec l’idée de se représenter en 2024 . Voici les points clés de son discours.



Motus et bouche cousue depuis plus d'un mois, Donald Trump est arrivé sur la scène de la CPAC, la réunion des conservateurs, à Orlando (Floride), au tempo de «God bless the USA» («Dieu bénisse les Etats-Unis»). La super star de ce qui pourrait être présenté comme le festival de Cannes des conservateurs américains, salue la foule aux rythmes des «USA, USA» du public. «Bonjour CPAC, je vous ai manqué?». Le décors est posé, le show peut commencer.

Donal Trump, Républicain avant tout

«Nous l'emporterons et l'Amérique sera plus forte et plus grande que jamais». «A chacun d'entre vous, j'ai une profonde gratitude. Nous sommes réunis pour parler de l'avenir de notre mouvement, de notre parti». L'ancien président confirme ne «pas lancer de nouveau parti» et continuer à se battre aux côtés des Républicains jusqu'aux prochaines élections.

Donald trump assure le retour prochain des Républicains sur le devant de la scène politique américaine.

Bam ! De premiers upercuts contre Biden

«Nous sauverons l'Amérique et nous combattrons le radicalisme, le socialisme et le communisme». «Sa campagne, ce n'était que des mensonges. Joe Biden a eu le premier mois le plus désastreux de l'histoire des mandats présidentiels américains». «En un mois, on est passé de l'Amérique d'abord à l'Amérique en dernier».

A plusieurs reprises, Trump décrit l'administration Biden comme étant un désastre.

Un 3e round en 2024?

«Joe Biden a failli en tant que chef de l'exécutif», estimant que cela suffit pour faire perdre les Démocrates aux élections de mi-mandat en 2022 ainsi qu'aux élections présidentielles en 2024. «En réalité, ils ont déjà perdu et qui sait, peut-être que je déciderai de les battre une troisième fois». Une provocation sonnant comme une allusion à une possible candidature en 2024.

«Voici, je suis Donald Trump, le Sauveur du monde»

Les vaccins anti Covid développés sous son Administration, l'ancien président n’hésite pas à vanter sa gestion de la crise sanitaire. «Ce que l'Administration Trump a fait avec les vaccins a peut-être sauvé une grande partie de la population mondiale. Nous avons mis sur la table des milliards de dollars pour produire ces vaccins.»

Marcia English, center, leads a group of former President Donald Trump supporters in a song outside the convention center at the Conservative Political Action Conference (CPAC) Sunday, Feb. 28, 2021, in Orlando, Fla. Less than six weeks after leaving office, Trump will deliver the closing speech at the conservative conference Sunday as he reasserts himself on the national stage and makes clear he intends to remain a dominant force within the Republican Party.  (AP Photo/John Raoux)(AP Photo/John Raoux)

Des supporterurs de Trump en marge de la CPAC. Image: sda

Les Républicains, un parti «Flower Power»

«C'est un parti qui est en train de changer, c'est devenu un parti d'amour. Dans la rue, les gens sont avec leur drapeau, c'est magnifique.» «L'Amérique doit être la priorité. Et nous avons réuni les Américains pendant quatre ans comme jamais auparavant.» Le charme du républicain aux relents hippie «Peace & Love», fonctionne. Le public est sous le charme et l'ovationne.

Pour Trump, le parti Républicain est un parti d'amour.

«J'accuse... !»

Une nouvelle fois, Donald Trump assure que «cette élection a été truquée» et est applaudi par le public. «Ça n'aurait jamais dû se passer comme ça, ça n'aurait jamais été possible avec un autre président». «Nous avons besoin d'une élection sur une journée. Les personnes qui peuvent avoir le droit de voter par correspondance doivent être malades ou à l'étranger. Il doit y avoir une bonne raison pour voter à distance».

Seuls 55% des sondés lors du CPAC comptent voter pour trump s'il venait à se présenter en 2024.

Près de 70% des conservateurs veulent de Trump comme candidat en 2024

En marge de la CPAC, un sondage a été réalisé auprès des conservateurs républicains sur les candidats de leur choix aux élections de 2024. 68% des interrogés ont déclaré vouloir que l'ancien président se présente à nouveau et seuls 55% d'entre eux ont indiqué qu'ils voteraient pour lui aux primaires du camp républicain.

Cela pourrait aussi vous intéresser:

On peut légalement mettre un coup de batte à Trump

Link zum Artikel

Trump appelle les républicains à se retourner contre leur chef

Link zum Artikel

Nouveau but dans la vie: s'en ficher comme Melania

Link zum Artikel

Les Etats-Unis passent la barre du demi-million de morts du Covid

Link zum Artikel

Trump is back, enfin presque

Privé de réseaux sociaux depuis le mois de janvier, l'ancien président américain devrait lancer sa propre plateforme internet, d'ici trois mois.

C'est un conseiller de l'ancien locataire de la Maison Blanche, qui a fait l'annonce fracassante sur la chaîne américaine Fox News:

«Il va apporter des dizaines de millions d'abonnés à cette nouvelle plateforme», a-t-il encore ajouté. Le compte Twitter du milliardaire américain comptait 88 millions d'abonnés, avant que le réseau social à l'oiseau bleu ne décide de supprimer son profil, suite à l'assaut du Capitole, en janvier dernier.

L'ex-président a aussi été banni de manière temporaire ou …

Lire l’article
Link zum Artikel