DE | FR
Republican presidential candidate Donald Trump is silhouetted against his plane as he speaks during a rally Saturday, Feb. 27, 2016, in Bentonville, Ark., as shot through the crowd. (KEYSTONE/AP Photo/John Bazemore)

Image: AP

La manœuvre désespérée de Trump pour renverser l'élection

Des documents révélés vendredi dévoilent les tentatives de pression de l'ancien président américain sur son ministre de la Justice pour décrédibiliser l'élection.



«Dites juste que l'élection était corrompue et je m'occupe du reste»: L'ex-président américain Donald Trump a exercé de fortes pressions sur son ministre de la Justice à la fin de l'année dernière pour qu'il soutienne ses accusations de fraude à la présidentielle.

Cet échange étonnant a eu lieu le 27 décembre 2020, un mois et demi après la victoire de Joe Biden au scrutin, selon des notes prises par le numéro deux du ministère, Richard Donoghue. «Merci de comprendre que le ministère de la Justice ne peut et ne va pas claquer des doigts et changer l'issue de l'élection. Cela ne fonctionne pas comme cela», a répondu le ministre de la Justice par intérim, Jeffrey Rosen.

Aucune preuve de fraude

Jeffrey Rosen a aussi dit à Donald Trump que le ministère avait examiné ses allégations de fraude électorale et n'en avait trouvé aucune preuve. «Nous sommes dans l'obligation de dire aux gens que c'était une élection illégale et corrompue», a rétorqué le président sortant.

Cette conversation a eu lieu seulement quelques jours avant l'assaut du Capitole par des partisans du président. Les notes ont été dévoilées vendredi par une commission de la chambre des représentants qui enquête sur l'émeute.

«Ces notes manuscrites révèlent que le président Trump a directement ordonné à notre principale agence chargée de l'application de la loi de prendre des mesures visant à renverser une élection juste et libre lors de ses derniers jours au pouvoir», a regretté l'élue démocrate Carolyn Maloney, présidente de la commission, dans un communiqué. (ats)

L'assaut du Capitole en images

1 / 6
L'assaut du Capitole en images
source: epa / michael reynolds
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Fuite de kérosène dans un aéroport tunisien

Plus d'articles «International»:

Pour les talibans, «c'est la victoire de l'héroïne, pas de l'islamisme»

Link zum Artikel

L'Europe est en feu. Une bonne partie des incendies sont dus à l'homme

Link zum Artikel

Bataclan, 11 septembre, pourquoi est-ce si compliqué de juger les attentats?

Link zum Artikel

De la minijupe à la burqa, les femmes en Afghanistan

Link zum Artikel

Les incendies en Europe sont d'ampleur historique. La preuve en chiffres

Link zum Artikel

«Vivre à Paris après les attentats? Impossible. On est rentré en Suisse»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

La justice, vieille compagne, se retourne contre la star Dupond-Moretti

Le célèbre avocat français Eric Dupond-Moretti, surnommé «acquittator», aujourd'hui ministre de la Justice, pourrait être mis en examen le 16 juillet pour prise illégale d'intérêts. Portrait d'un géant peut-être pas si solide que cela.

Eric Dupond-Moretti n’est pas mort, et ce n’est pas une mise en examen, le 16 juillet, pour avoir possiblement confondu ses intérêts avec ceux de l’Etat, qui l’enverrait au tapis. On n’imagine pas cet homme couché. On ne le voit que debout, à jamais sur ses deux pieds, tel l’imposant Balzac statufié par Rodin, même si, il y a tout juste un an, il asseyait sa masse derrière l’un des bureaux les plus prestigieux de la République, celui du ministère de la justice, Place …

Lire l’article
Link zum Artikel