beau temps-6°
DE | FR
International
Etats-Unis

Etats-Unis: Les élus du congrès relèvent le plafond de la dette

Les Etats-Unis se sauvent les fesses en relevant leur dette de 310 milliards de dollars

Image
Image: sda
La première puissance économique mondiale écarte la menace catastrophique d'un défaut de paiement: les élus du congrès ont accepté mercredi de relever le plafond de la dette des Etats-Unis.
15.12.2021, 07:3215.12.2021, 07:38

Avec un seul soutien républicain, les démocrates au Sénat puis à la chambre des représentants ont approuvé un projet de loi qui permettra aux Etats-Unis d'Amérique d'honorer leurs paiements jusqu'à début 2023. Le président Biden doit maintenant promulguer le texte.

Faut dire qu'il y avait urgence

En effet, le montant maximum d'endettement des Etats-Unis, le fameux «plafond», devait à tout prix être relevé le 15 décembre au plus tard.

Pourquoi donc? Sans quoi, le pays n'aurait plus été en mesure d'honorer ses paiements à ses créanciers et aurait dû commencer à sabrer dans ses dépenses.

Cette situation sans précédent aurait plongé dans l'inconnu la finance et l'économie américaines, mais également, par ricochet, internationales.

«Le peuple américain peut souffler: il n'y aura pas de défaut de paiement»
Chuck Schumer, chef de la majorité au Sénat

La limite? 31 000 milliards

Le texte approuvé mardi dans les deux chambres du congrès, fruit de plusieurs jours de négociations, a été dévoilé seulement quelques heures avant son adoption par les élus. Il prévoit de relever la limite d'endettement du pays à un peu plus de 31 000 milliards de dollars.

Relever la capacité d'endettement des Etats-Unis est d'ordinaire une formalité, mais cette procédure avait fait l'objet de tractations très difficiles au congrès ces derniers mois. Les républicains jugeaient que cela reviendrait à donner un chèque en blanc au président américain Joe Biden, au moment même où ils l'accusent de contribuer à une inflation galopante.

«Les dépenses effrénées des démocrates ont déjà conduit à une inflation historique, qui équivaut à une taxe pour tous les Américains»
Elise Stefanik, élue républicaine au Sénat

Les démocrates ont rétorqué que relever la limite d'endettement sert à rembourser des sommes déjà empruntées, dont des milliers de milliards de dollars dépensés sous la présidence de Donald Trump.

Le vote était serré

L'opposition républicaine leur a finalement permis d'employer une procédure parlementaire complexe, grâce à laquelle les démocrates n'ont eu besoin que de leurs voix pour relever le «plafond» de la dette. A la chambre des représentants, le texte a obtenu 221 voix contre 209.

L'adoption de ce nouveau niveau maximum d'endettement est un énorme soulagement pour Joe Biden, qui affronte en parallèle d'autres périls au congrès:

  • Son gigantesque volet social et écologique de 1750 milliards de dollars, sur lequel il parie pour «reconstruire l'Amérique en mieux».
  • Sauver sa cote de popularité, depuis des mois dans les limbes parlementaires.

Le chef du Sénat lui promet de passer ce plan, qui fait encore l'objet d'intenses négociations, avant Noël, ce qui promet de prochaines tractations houleuses sur la colline du Capitole. (ats)

Sauvetage risqué au sommet des chutes du Niagara

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Ramina Eskhakzai, la reporter ukrainienne qui sursaute à chaque explosion
Ramina Eskhakzai est une célèbre blogueuse et journaliste. Dans son dernier reportage, visionné par plus d'un million d'internautes sur YouTube, elle part à la rencontre des derniers habitants de Bakhmout qui s'accrochent à leur ville dévastée. Mardi, un montage plus court a fait sensation sur les réseaux sociaux: on y voit Ramina se faire surprendre par chaque détonation.

Dans la ville saccagée de Bakhmout, à l'est de l'Ukraine, quelque 5 000 civils tiennent encore le coup, malgré l'enfer des assauts incessants. L'armée russe progresse, les balles sifflent et les bombardements rythment un quotidien dramatique.

L’article