DE | FR

Nouvelle attaque au Capitole qui réveille le souvenir du 6 janvier

La voiture de l'assaillant. Il a tué un policier et s'est fait abattre.
La voiture de l'assaillant. Il a tué un policier et s'est fait abattre.Image: sda
Un policier et un assaillant ont été tués vendredi. Toutefois, l'acte n'est pas lié à l'assaut du Capitole du 6 janvier, mais il a résonné comme tel pour la ville de Washington.
03.04.2021, 10:2004.04.2021, 17:27

Joe Biden, le président américain, s'est dit «dévasté», vendredi, après la mort d'un policier. Une attaque qui a suscité de vives émotions aux Etats-Unis après celle du Capitole par des partisans de Donald Trump.

«Le suspect a percuté deux de nos agents avec sa voiture, puis a heurté une barrière. A ce moment-là, le suspect est sorti du véhicule avec un couteau à la main. Il a commencé à s'avancer vers les agents, qui lui ont tiré dessus. Il est décédé vers 13h30»
Yogananda Pittman, cheffe de la police du Capitole

L'attaque ne semble pas avoir été menée par un suprémaciste blanc. La police n'a pas révélé l'identité du suspect, qui a brandi un couteau avant d'être abattu. Mais les médias américains ont affirmé qu'il s'agissait de Noah Green, un jeune homme noir âgé de 25 ans.

Ils ont diffusé sa photo ainsi que celle de sa page Facebook, sur laquelle il exprimait sa sympathie pour le dirigeant du mouvement «Nation of Islam», Louis Farrakhan, régulièrement dénoncé pour avoir tenu des propos antisémites.

Pas «liée au terrorisme»

Le réseau social a réagi dans la soirée. Il dit avoir retiré les comptes Facebook et Instagram du suspect, et «tout contenu qui fait l'éloge, soutient, ou représente l'attaque ou le suspect». D'autres détails sur le suspect ont également commencé à émerger dans la soirée. L'université Christophe Newport a ainsi confirmé à l'AFP que Noah Green était diplômé en finance de cette institution de Virginie (nord-est) depuis 2019.

L'attaque ne paraît pas «liée au terrorisme, mais nous allons bien évidemment continuer d'enquêter», avait précisé plus tôt le chef de la police de Washington, Robert Contee. Les élus du Congrès sont en vacances parlementaires cette semaine, mais certains membres de leurs équipes, des employés, des journalistes et des policiers étaient présents lors de ces faits, survenus en tout début d'après-midi aux Etat-Unis. Tous ces habitués du Capitole sont encore traumatisés par l'attaque du 6 janvier menée par des manifestants pro-Trump, qui avait fait cinq morts dont un policier.

Que s'est-il passé au Capitole en janvier?
Le 6 janvier dernier, environ 10 000 partisans de l'ex-président américain, Donald Trump, se sont massés aux abords du Congrès, où les élus certifiaient la victoire de Joe Biden. Face à des effectifs de police trop peu nombreux, environ 800 manifestants, avaient réussi à s'introduire dans le Capitole, provoquant le chaos et une polémique sur le manque d'anticipation des forces de sécurité. Cinq personnes - dont un policier - sont mortes lors de ce coup de force, et plus de 270 individus sont poursuivis à des degrés divers pour leur participation à cette attaque.
«Nous savons à quel point les temps sont durs pour le Capitole, pour tous ceux qui y travaillent et ceux qui le protègent.»
Joe Biden, président des Etats-Unis

Boucliers à la main, des militaires de la Garde nationale ont rapidement pris position, vendredi, autour de l'imposant bâtiment blanc et près de barrages de police qui bloquaient la route. Ils avaient été déployés à Washington après l'assaut de janvier. Dans l'après-midi, les forces de l'ordre ont levé l'alerte. «L'enquête se poursuit», a précisé la police.

«Encore une fois»

C'est avec la voix brisée par l'émotion que la cheffe de la police du Capitole a annoncé la mort de son agent, William Evans, qui travaillait dans ses services depuis 18 ans. La présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi a ordonné de mettre les drapeaux en berne au Capitole. Démocrates comme Républicains ont fait front commun:

«Aujourd'hui, encore une fois, ces héros ont risqué leurs vies pour protéger le Capitole et notre pays, avec le même dévouement et la volonté de servir que nous avions vus le 6 janvier.»
Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants
«Encore une fois, des agents courageux de la police du Capitole ont été violemment attaqués pendant qu'ils faisaient tout simplement leur travail.»
Mitch McConnell, chef de la minorité républicaine au Sénat

(ats/jah)

L'assaut du Capitole, le 6 janvier, en images

1 / 6
L'assaut du Capitole en images
source: epa / michael reynolds
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Une élue proche de Zelensky: «Les Russes ne seront jamais nos amis!»
Yevheniya Kravchuk, 36 ans, est une proche alliée de Volodymyr Zelensky. Ancienne journaliste, elle a été sa responsable de la communication et siège désormais au Parlement pour le parti au pouvoir. Elle raconte pourquoi l'attaque de la Russie lui rappelle Hitler et nous donne également un aperçu de sa vie de famille en temps de guerre.

Vous faites partie d'une délégation de cinq femmes parlementaires ukrainiennes. Pourquoi n'y a-t-il que des femmes? Est-ce parce que les hommes doivent se battre et ne peuvent pas quitter le pays?
C'était le cas juste après l'invasion. Maintenant, les membres masculins du Parlement peuvent aussi voyager. Mais nous, les femmes, avons bien travaillé ensemble jusqu'à présent. Nous étions ensemble à Washington, au Canada et au Parlement européen.

L’article