dégagé
DE | FR
International
Euro 2021

Euro 2021: Londres est en ébullition à quelques heures de la finale

Les rues de Londres, ici à Wembley, vibrent des dizaines de milliers de supporters.
Les rues de Londres, ici à Wembley, vibrent des dizaines de milliers de supporters.
Euro 2021

Londres est en ébullition à quelques heures de la finale

La capitale londonienne chante, prie et boit avant d'affronter l'Italie ce dimanche (21h00) à Wembley.
11.07.2021, 19:5712.07.2021, 09:37
Plus de «International»

Le stade mythique de Wembley est prêt à rugir pour ses héros anglais, privés de titre majeur depuis 55 ans, face à des Italiens très ambitieux et déterminés à jouer les trouble-fête.

Au «pays du football», l'excitation est à son comble, malgré le rebond de l'épidémie de Covid. La sélection des «Three Lions» a pu s'en rendre compte dès samedi, escortée à la sortie de son camp de base par des fans en liesse, agitant leurs drapeaux et hurlant leurs encouragements.

«We Kane be heroes»

«Voir les supporters dans la rue et l'accueil qu'ils nous ont réservé quand nous sommes arrivés à l'hôtel et quand nous avons quitté St George's Park, cela nous montre à quel point le moment est énorme», a apprécié le capitaine Harry Kane, qui rêve de succéder au Portugal de Cristiano Ronaldo au palmarès.

Image

La presse anglaise est, sans surprise, déchaînée: «La fierté de l'Angleterre», titre le Sunday People sur sa Une où apparaissent le sélectionneur Gareth Southgate, ses joueurs et un lion rugissant. «We Kane be heroes» (On peut être des héros) renchérit l'édition dominicale du Mirror en jouant sur le nom d'Harry Kane.

Le capitaine anglais, représenté en général romain, s'affiche aussi en Une du Daily Star avec une injonction: «Tout un pays fier vous regarde les gars, le temps est venu d'entrer dans l'histoire!»

«Gardez vos distances!»

La police de Londres a fortement déconseillé les rassemblements spontanés dans la capitale en raison d'une flambée de cas liée au variant Delta.

«Je demande instamment aux gens de ne pas se rassembler en grand nombre»
Laurence Taylor, commissaire adjoint de la Met Police

Wembley accueillera déjà 65 000 spectateurs, la plus grande foule pour un match au Royaume-Uni depuis le début de la pandémie. Pour ceux qui n'ont pas pu avoir de billets, certaines villes d'Angleterre ont mis en place des fanzones, comme à Trafalgar Square, à Londres. Et de nombreux supporters ont d'ores et déjà prévu de voir le match dans un pub, avec des amis.

«L'UEFA n'a pas particulièrement poussé pour monter la jauge de Wembley», relève Ronan Evain, coordinateur du réseau Football Supporters Europe (FSE). «En revanche, ils ne sont pas contre. Cela apporte des revenus de billetterie en plus, cela permet de commercialiser des billets d'hospitalité en plus, donc ils sont preneurs. Mais la responsabilité et la décision finale reviennent au gouvernement britannique.»

«Ce n'est pas tant la finale le problème», relève l'épidémiologiste Antoine Flahault, directeur de l'Institut de santé globale à l'université de Genève, dans la mesure où les «manifestations assez denses» type carnavals ou festivals n'ont «jamais été tellement l'objet de clusters identifiés après.

En revanche, les gens viennent dans des transports bondés, très peu sécurisés, ils sont logés sur place, ils vont dans des bars, faire la fête, ils vont avoir des interactions joyeuses ou au contraire noyer leurs larmes. La troisième mi-temps sera probablement une source d'infections», prévient-il.

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Zelensky force Poutine à dévoiler son jeu
L'Ukraine publie pour la première fois le nombre de ses propres victimes de la guerre et le président Zelensky ouvre la porte à des négociations avec la Russie. S'agit-il d'une manœuvre politique ou d'une vraie chance pour la paix?

Vladimir Poutine maîtrise particulièrement bien le jeu de la peur: le Kremlin se dit officiellement prêt à négocier sous certaines conditions, mais ses fidèles comme Dmitri Medvedev menacent d'utiliser des armes nucléaires. Ainsi, Poutine parvient toujours à déstabiliser les sociétés occidentales et leurs gouvernements. Sans doute un souvenir de son passage au KGB.

L’article