DE | FR

Meta paie 90 millions de dollars pour faire disparaître des poursuites

Image: sda
Le groupe américain, comme son voisin et concurrent Google, est accusé de nombreux maux par les régulateurs américains, européens et d'autres pays.
16.02.2022, 05:2616.02.2022, 06:34

Meta, la maison mère de Facebook, a accepté de payer 90 millions de dollars (83 millions de francs) pour mettre fin à des poursuites dans une énième action de groupe pour non-respect de la vie privée des utilisateurs. Le groupe américain, tout comme Google, est régulièrement sous le feu des critiques.

«Trouver une résolution à ce dossier, vieux de plus de dix ans, est dans le meilleur intérêt de notre communauté et de nos actionnaires. Nous sommes contents de le clore.»
Drew Pusateri, un porte-parole de Meta

Les cookies en question

Le géant des réseaux sociaux était accusé d'avoir suivi à la trace des utilisateurs dans leur navigation sur internet, même après leur déconnexion de la plateforme, pour récolter des données à des fins de ciblage publicitaire.

L'accord soumis lundi pour approbation dans une cour californienne prévoit que les 90 millions soient versés aux plaignants qui prouveront qu'ils ont été affectés par ce pistage. Et Meta s'engage à isoler et détruire toutes les informations personnelles concernées, récoltées en 2010 et 2011.

Selon la plainte, Facebook utilisait des «cookies» (morceaux de code informatique), installés dans les navigateurs par Facebook, pour enregistrer des visites sur d'autres sites web.

Par exemple, le réseau social savait qu'un utilisateur, même non connecté, affichait d'autres sites quand ceux-ci comportaient des boutons «Like» («j'aime») - contenant du code de la plateforme au pouce en l'air, donc. Ce problème a été réglé de longue date et n'est plus d'actualité aujourd'hui, assure Meta.

650 millions il y a un an

Les deux géants mondiaux de la publicité numérique assurent travailler à des technologies alternatives pour répondre à ces inquiétudes, mais aussi satisfaire les besoins de leurs clients, les annonceurs, en termes de ciblage publicitaire ultra fin et à grande échelle.

  • Il y a un an, Facebook avait accepté de débourser 650 millions de dollars pour mettre fin à un litige sur la protection de la vie privée qui l'opposait à 1,6 million d'utilisateurs;
  • Un avocat de Chicago avait lancé des poursuites contre la plateforme en 2015, alléguant qu'elle avait recueilli illégalement des données biométriques pour identifier des visages;
  • Au cours du procès, il était apparu que Facebook stockait des données biométriques sans le consentement des utilisateurs, en violation de la loi de l'Illinois.

Le réseau social, déterminé à redorer sa réputation ternie par de nombreux scandales, a décidé en novembre dernier de se passer de la reconnaissance faciale. (ats/jch)

Et pendant ce temps-là, un zoo britannique a accueilli un nouveau pensionnaire

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le nouveau gouvernement français est dans l'embarras pour des accusations de viol
Sitôt formé, déjà éclaboussé! Et il y a de quoi... Le gouvernement français s'en est remis à la justice, lundi, pour «trancher» le cas d'un ministre accusé de viols, Damien Abad.

Une affaire embarrassante pour le président Emmanuel Macron qui a promis la «tolérance zéro» en matière de violences faites aux femmes. Elle touche un exécutif à peine nommé vendredi dernier, et qui doit, en plus, se mettre en ordre de marche en vue des élections législatives des 12 et 19 juin.

L’article