DE | FR
Bild

Les 56 élèves sont dérangés par les nuisances des locataires de l'école Paul-Egger. wikimedia

Cette école a dû déménager tellement ses voisins étaient chiants

L'histoire se passe en France voisine. Le petit village de Montbouton et ses 400 habitants a été forcé de replacer ses élèves dans une halle polyvalente en raison du tapage des voisins de l'établissement.



A Montbouton, les 56 élèves sont régulièrement dérangés par les nuisances des locataires qui habitent à l'étage du bâtiment municipal où se trouve l'école primaire Paul-Egger.

Bild

Les cris, dégradations, nuisances ont forcé l'établissement de la petite commune du Territoire de Belfort proche de la frontière suisse a déménager.

«Depuis septembre, j'avais déjà eu des échos par ma fille: musique à fond dans l'appartement, cris de disputes, objets cassés dans les escaliers...»

Une mère d'élève à L'Est Républicain

Chaises, tables et tableaux ont donc été installés dans la salle polyvalente de cette commune de 400 habitants afin de permettre aux élèves et enseignants de travailler plus sereinement. Une situation «ubuesque» pour les parents:

«Déménager une école entière à cause des agissements d'une seule personne... C'est quand même dingue d'en arriver là dans un petit village comme Montbouton».

«L'inspecteur d'académie du Territoire de Belfort est au courant de la situation, il est en lien avec la mairie pour qu'elle puisse trouver une solution», a indiqué, mardi, à l'AFP, le rectorat de Besançon, qui n'est pas en charge des locaux. «Notre exigence est que la collectivité puisse assurer la sécurité des élèves et des personnels». (ats/jah)

Après des voisins effrayants, des animaux flippants

1 / 22
19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant
source: facebook
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Péril Jeune Océane

Plus d'articles «Actu»

Le premier café à chats de Suisse a ouvert (et ils ont tous les droits)

Link zum Artikel

La vie politique lève le voile sur son financement. Voici comment ça marche

Link zum Artikel

4 mois de prison pour le «gifleur» de Macron

Link zum Artikel

Six femmes exploitées sans salaire par des diplomates à Genève

Link zum Artikel

Les cours en présentiel? «Un pansement sur une jambe de bois!»

En théorie, les cours sur place peuvent reprendre dans les universités. Mais la pratique est toute autre. Lassés, désabusés ou en colère, des étudiants racontent.

Plutôt cours à distance ou en présentiel? «Franchement, c'est un peu du pareil au même», répond amèrement Chiara. Pour l'étudiante en lettres, ce «retour aux sources», autorisé depuis le 19 avril dernier par le Conseil fédéral, ne vend pas du rêve. Et pour cause, cette décision intervient quelques semaines avant la fin des cours. Aussi, elle requiert des conditions strictes, qui ne permettent pas toujours l'accès au campus de manière équitable.

Pour la jeune femme de 23 ans, qui étudie à …

Lire l’article
Link zum Artikel