stratus fréquent-1°
DE | FR
1
International
France

«Omar m'a tuer»: la justice rouvre le dossier d'Omar Raddad

«Omar m'a tuer»: la justice rouvre le dossier d'Omar Raddad

Rendu tristement célèbre par l'inscription ensanglantée «Omar m'a tuer», l'ancien jardinier accusé du meurtre de sa riche et veuve employeur va pouvoir bénéficier d'un nouveau procès, a ordonné la Cour de révision de Paris.
17.12.2021, 10:0217.12.2021, 10:24

Depuis sa condamnation en 1994, Omar Raddar nie son implication dans le drame qui a valu la mort de Ghislaine Marchal. Après 27 ans d'attente, sa demande a finalement été entendue. Jeudi, la justice a ordonné un complément d'information avant de se prononcer sur la recevabilité de la requête déposée par l'ancien jardinier.

Désigné par l'inscription «Omar m'a tuer», tracée avec le sang de la riche et veuve victime sur la scène du crime le plus énigmatique et controversé de France, l'ancien employé marocain avait essuyé un premier rejet d'une demande de révision en 2002. Sa nouvelle requête s'appuie sur les progrès de la science en matière d'ADN et sur une loi votée en juin 2014 qui assouplit les critères de révision d'un procès.

L'affaire Omar Raddad a été rendue tristement célèbre par l'inscription ensanglantée «Omar m'a tuer». watson
L'affaire Omar Raddad a été rendue tristement célèbre par l'inscription ensanglantée «Omar m'a tuer»Image: dr

La mise en place d'un nouveau procès par la Cour de révision est un événement rarissime dans le pays. L'avocate d'Omar Raddad, Sylvie Noachovitch s'est félicitée de ce pas vers la révision, affirmant que l'affaire allait en faveur de la «vérité judiciaire».

Quatre nouvelles empreintes

Ce sont «des éléments probants mettant en doute la culpabilité d'Omar Raddad», estime son avocate. Elle a présenté à la justice les conclusions d'un expert en génétique qui analysait à nouveau une découverte de 2015: des prélèvements sur des scellés avaient mis en évidence des traces d'ADN «exploitables» qui ne correspondent pas au profil génétique du meurtrier.

Les nouvelles inspections des deux portes sur lesquelles avaient été écrites «Omar m'a tuer» - aujourd'hui emblématique - et «Omar m'a t» ont permis de déterminer, au total, quatre empreintes génétiques correspondant à quatre hommes.

L'affaire Omar Raddad a été rendue tristement célèbre par l'inscription ensanglantée «Omar m'a tuer». watson
Image: dr

Ces inscriptions avaient été réalisées à partir du sang de la victime âgée de 65 ans. Dénommée Ghislaine Marchal, cette riche veuve d'un équipementier automobile avait été retrouvée dans la cave de sa propriété de Mougins, au sud-est de la France, le 23 juin 1991. Dans des notes de 2019 et 2020, l'expert en génétique avait relevé la présence de 35 traces d'un ADN masculin inconnu sur l'inscription «Omar m'a t» et conclu en faveur de l'hypothèse d'un dépôt de ces empreintes au moment des faits et non d'une «pollution» ultérieure, notamment par les enquêteurs.

«Bouc-émissaire»

La commission d'instruction de la Cour de révision a demandé des investigations complémentaires sur ce point. La défense d'Omar Raddad juge plausible que ces traces génétiques aient été déposées par l'auteur de l'inscription, pour désigner un «bouc-émissaire». La première requête, déposée par le précédent défenseur d'Omar Raddad, se basait déjà sur des expertises génétiques qui avaient mis au jour un ADN masculin «en très faible proportion», différent de celui du jardinier.

Omar Raddad à l'avant première du film Omar m'a tuer de Roschdy Zem au cinéma Gaumont Parnasse le lundi 20 juin 2011 à Paris
Le 20 juin 2011 à Paris, Omar Raddad a pu participer à l'avant première du film Omar m'a tuer (2011), adaptation cinématographique de son livre autobiographique Pourquoi moi (2002).Image: Flickr/creative commons

Mais la Cour de révision l'avait rejetée, considérant qu'il était «impossible de déterminer à quel moment, antérieur, concomitant ou postérieur au meurtre, ces traces (avaient) été laissées».

Condamné en 1994 à 18 ans de réclusion, sans possibilité d'appel à l'époque, Omar Raddad avait bénéficié d'une grâce partielle du président Jacques Chirac, puis d'une libération conditionnelle en 1998. Cette grâce ne vaut pas l'annulation de la condamnation et ne l'innocente pas. (ats/mndl)

Un maire brésilien règle ses comptes dans l'octogone

Video: watson
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Kadyrov fait construire des «djihad-mobiles»
En Syrie, l'armée russe a eu des problèmes avec des bombes roulantes de l'Etat islamique. Moscou recourt-elle désormais à une tactique des islamistes en Ukraine?

Ramzan Kadyrov avait déjà déclaré, en octobre, que l'invasion russe en Ukraine était une «guerre sainte». Le leader tchétchène veut désormais fournir le véhicule qui va avec. Ainsi, le constructeur automobile local ChechenAvto devrait à l'avenir produire des «djihad-mobiles» pour l'armée russe, écrit l'agence russe Tass en citant deux membres du gouvernement de Kadyrov.

L’article