ciel clair-3°
DE | FR
International
France

Les frères Bogdanoff refusaient le vaccin mais n'étaient pas antivax

Réactions aux décès des Bogdanoff: «ils se croyaient immunisés»

Image
image: instagram/shutterstock
La mort du second Bogdanoff, Igor, six jours après celle de son jumeau Grichka, suscite déjà de nombreuses polémiques. Tous deux avaient contracté le Covid-19 et étaient hospitalisés, alors qu'ils n'étaient pas vaccinés.
04.01.2022, 10:2804.01.2022, 11:32
Suivez-moi

Au lendemain de la disparition du deuxième jumeau, les témoignages se multiplient pour comprendre les causes de leur contamination au Covid-19. Outre le choc de la nouvelle, un fort sentiment d'incompréhension face au statut vaccinal de ces scientifiques ressort fréquemment des discussions.

Ils refusaient de se faire vacciner

Ami de longue date des frères Bogdanoff, le philosophe et ancien ministre Luc Ferry, s'était déjà confié auprès du Parisien après le décès de Grichka, le 29 décembre dernier:

«Je leur ai dit cinquante fois de se faire vacciner contre le Covid-19!»

Il reconnait avoir échoué à convaincre les jumeaux, malgré ses nombreuses invectives.

«Du vaccin, ils n’en parlaient pas. D’ailleurs, on ne les a pas vus prendre position sur les plateaux télé, comme beaucoup d’autres. Leur truc, c’est la science pas la médecine», confirme un autre collaborateur proche du duo au Parisien.

Invité sur le plateau de BFMTV, leur ami Pierre-Jean Chalençon est revenu mardi sur leur disparition: «Ils ont attrapé ça fin novembre-début décembre. Ils ont pensé que c'était une grippe. Ils sont restés calfeutrés chez eux, mais ne se sont pas soignés. Ils se sont soignés un peu tardivement».

Pierre-Jean Chalençon avec Grichka.
Pierre-Jean Chalençon avec Grichka. Image: Twitter

«Ils ont attendu trop longtemps. S'ils étaient allés dès le départ, on n'en serait pas là», a-t-il encore ajouté.

Leur argument?

Pour l'antiquaire, les frères étaient extrêmement sportifs et se pensaient «immunisés» contre le Covid. Ils faisaient preuve d'une hygiène de vie très stricte: «Ils mangent des graines, ils ne boivent pas d'alcool. D'ailleurs, c'est pour cela que quand on les invite à dîner, souvent ils arrivent après le dîner pour ne pas être tentés.»

Un témoignage confirmé par Luc Ferry dans son interview par le Parisien, la semaine dernière: «Etant très sportifs, sans un gramme de graisse, ils croyaient que le vaccin était plus dangereux. Ils ne tombaient jamais malades».

«Ils étaient persuadés qu'étant extrêmement sportifs, l'injection d'un vaccin pouvait éventuellement baisser leur performance physique», a attesté pour sa part le journaliste Thierry Moreau, ancien rédacteur en chef de Télé 7 jours, à BFMTV, le 28 décembre.

Mais ils n'étaient pas antivax

En outre, les témoignages des proches semblent s'accorder sur le fait que les jumeaux Bogdanoff ne se positionnaient pas contre le vaccin: «Grichka, comme Igor, n’était pas antivax. Il était antivax pour lui-même. Je lui disais que c’était grotesque. Qu’ils étaient fous!» a affirmé Luc Ferry la semaine dernière-

«Ils étaient pas anti-vaccins. C'était un choix personnel pour eux de ne pas se faire vacciner. Ils ne faisaient pas de prosélitisme antivax»
Thierry Moreau

«Mais ils considéraient que par rapport à leur hygiène de vie, et leur [absence de] comorbidité, ils n'étaient pas la cible du Covid», a conclu Pierre-Jean Chalençon.

Lundi soir, l'attaché de presse des frères Bogdanoff, Cédric André, était l'invité de Cyril Hanouna sur TPMP:

«Ils se pensaient insubmersibles. [...] Et encore une fois, Igor et Grichka étaient dans un monde différent du commun des mortels», a achevé leur proche.

La folle histoire du Finlandais qui a fait exploser sa Tesla

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Pour Poutine, l'Ukraine n'est qu'un début»
Ioulia Timochenko a été deux fois première ministre de l'Ukraine. Icône de toute une génération, elle s'exprime et évoque l'ardeur de la défense nationale ukrainienne, Poutine, l'amour pour son pays et le rôle que peut jouer la Suisse face à Kiev. Interview.

Ce que Volodymyr Zelensky est au t-shirt kaki, elle l'est à la couronne tressée de cheveux blonds dorés. Ioulia Timochenko (aussi écrit parfois «Yulia» ou «Tymochenko») est un symbole iconique, immuablement lié à sa propre personne et à la lutte pour la liberté de tout un pays.

L’article