International
France

France-Maroc: 40 membres de l'extrême-droite arrêtés à Paris

France-Maroc: 40 membres de l'extrême-droite arrêtés à Paris

Les forces de police françaises affrontent des supporters qui célèbrent la victoire de la France face au Maroc au Qatar.
Les forces de police françaises affrontent des supporters qui célèbrent la victoire de la France face au Maroc au Qatar.Image: sda
Plusieurs des membres du groupe sont connus des services de police pour leur appartenance à un mouvement proche de l'ultradroite.
15.12.2022, 04:2915.12.2022, 08:17
Plus de «International»

Quarante personnes proches de l'extrême droite, qui s'apprêtaient à rejoindre les Champs-Elysées à Paris après la demi-finale du Mondial de football remportée par la France face au Maroc, ont été interpellées mercredi. Elles sont accusées de port d'armes prohibées.

>>> Ne ratez aucune info à propos de la Coupe du monde 2022

Le groupe a été arrêté dans le XVIIe arrondissement de la capitale française pour «groupement en vue de commettre des violences» et port d'armes prohibées, a-t-on expliqué de source policière.

«Ils voulaient clairement en découdre sur les Champs-Elysées»
Une source policière

Une sacrée foule à Paris:

Quelque 2200 policiers et gendarmes ont été mobilisés à Paris mercredi soir pour encadrer les festivités à l'issue de la rencontre France-Maroc remportée 2-0 par les Bleus. (ats/jch)

L'hymne marocain fièrement chanté
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
TikTok va mieux surveiller les «opérations d'influence»
TikTok a annoncé une initiative visant à encadrer les campagnes de certains médias d’Etat cherchant à influencer l’opinion publique dans d’autres pays. Une mesure prise en vue des élections majeures prévues dans les mois à venir.

Le réseau social chinois entend ainsi «contrer les opérations d'influence durant une année électorale historique», selon un communiqué publié jeudi sur son site en ligne.

L’article