International
France

A Marseille, le bilan de l'effondrement s'alourdit

A Marseille, le bilan de l'effondrement s'alourdit

Les secours ont d
Image: sda
Les marins-pompiers poursuivent leur «bataille contre le temps» lundi, au lendemain de l'effondrement d'un immeuble dans le centre de Marseille dont ils ont extrait quatre corps. Ils gardaient l'espoir de trouver des survivants.
10.04.2023, 14:1210.04.2023, 19:49
Plus de «International»

Lundi en fin de matinée, un quatrième corps a été extrait des décombres après deux retrouvés dans la nuit et un troisième en début de matinée, a annoncé le parquet. Leur identité n'est pas encore déterminée.

Une personne qui était envisagée disparue dans un immeuble voisin de celui qui s'est effondré brutalement dans le centre de Marseille dimanche s'est, elle, «manifestée auprès de ses proches», a annoncé le parquet.

Cinq personnes sont donc toujours portées disparues après l'écroulement de l'immeuble situé au 17 rue de Tivoli, au coeur de Marseille, proche d'un quartier connu pour ses bars et restaurants.

Une centaine de sauveteurs, aidés de chiens, de drones et de sondes thermiques, travaillent sans relâche, dans des conditions difficiles, avec un feu qui couve toujours sous les gravats, pour tenter de retrouver des personnes ensevelies.

«Bataille contre le temps»

«Le feu n'a pas sévi dans toutes les parties, l'espoir existe qu'il y ait des personnes encore vivantes», a affirmé le commandant des marins-pompiers de Marseille, le vice-amiral Lionel Mathieu évoquant une «bataille contre le temps».

«Il reste de l'espoir et tant qu'il reste de l'espoir, nous ne nous arrêterons pas», a lancé le maire de la deuxième ville de France Benoît Payan, les traits tirés, lors d'un point presse à proximité du lieu où s'est effondré cet immeuble, au 17 rue de Tivoli, à la suite d'une violente déflagration dont les causes restent inconnues.

La procureure de la République de Marseille Dominique Laurens avait indiqué dimanche soir que les secours cherchaient huit personnes présumées disparues dans l'immeuble du 17 rue de Tivoli, qui ne répondaient à «aucun appel» de leurs proches.

Chiffres à prendre avec précaution

Ce sont «des personnes d'un certain âge et un jeune couple d'une trentaine d'années».

Le maire Benoît Payan a rappelé que ces chiffres devaient être pris avec précaution: «Nous ne pouvons pas affirmer s'il y avait des invités par exemple».

La chute du numéro 17 a entraîné quelques heures plus tard l'effondrement du 15, mais les habitants de ce dernier immeuble avaient tous été évacués. Cinq personnes avaient été blessées dans ce bâtiment.

Les habitants se mobilisent

Au total, près de 200 personnes, dont des familles, ont été évacuées par précaution d'une trentaine d'immeubles alentour. Pour les enfants du quartier, l'école reprendra mardi après le week-end de Pâques, mais sans pouvoir rentrer à la maison habituelle. Les élèves de l'école élémentaire Franklin-Roosevelt, située rue de Tivoli, ne retrouveront par contre pas leurs classes habituelles, ce bâtiment ayant été réquisitionné par les marins-pompiers pour installer leur poste de commandement.

«Pour les personnes délogées, il faut un accompagnement digne», a insisté le maire. Le ministre du Logement Olivier Klein est arrivé dans la matinée à Marseille.

Comme souvent dans cette ville, la solidarité s'est organisée. De nombreuses associations de parents d'élèves du quartier et des habitants se sont mobilisés pour proposer hébergement, vêtements et aide psychologique aux personnes évacuées par précaution d'immeubles environnants.

Dans une ville marquée ces dernières semaines par la multiplication de fusillades mortelles liées au narcotrafic ayant coûté la vie à plusieurs jeunes des arrondissements populaires, l'effondrement de l'immeuble du 17 rue de Tivoli, dans un quartier résidentiel, proche de rues aux cafés et restaurants très animés, a causé un nouveau choc.

«Une forte odeur de gaz»

«Je partage l'angoisse des familles et des proches et je salue les efforts et la persévérance de tous les sauveteurs», avait écrit dimanche le cardinal de Marseille Jean-Marc Aveline dans un message aux habitants.

L'enquête se poursuit pour déterminer les causes de l'explosion, le gaz faisant partie des pistes, selon les autorités.

«On a très vite senti une forte odeur de gaz, qui est restée et qu'on a encore sentie ce matin», avait ainsi indiqué à l'AFP Savera Mosnier, habitante d'une rue proche.

Même si le drame de dimanche a réveillé les images d'un précédent effondrement meurtrier (huit morts) de deux immeubles insalubres en novembre 2018, rue d'Aubagne, dans un autre quartier du centre de Marseille, la situation est bien différente cette fois: rue de Tivoli, «ce ne sont pas du tout des immeubles insalubres», ont souligné maire, procureure et préfet. (chl/ats)

Des mèmes pour parler de la réforme des retraites en France
1 / 15
Des mèmes pour parler de la réforme des retraites en France
source: instagram
partager sur Facebookpartager sur X
Le marcheur romand le plus courageux est mort à 54 ans
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pourquoi Donald Trump rêve d'affaiblir le dollar
Les plans macroéconomiques de l'ex-président évoquent fatalement ceux des années 30 et mettent les économistes en panique.

Ils sont pas moins de 16. 16 économistes récompensés par un prix Nobel ont mis en garde contre la politique économique de Donald Trump. Le nombre mérite d'être souligné, étant donné que cette corporation n'est pas connue pour abriter un nombre excessif de gauchistes.

L’article