DE | FR

La France commémore les attentats du 13 novembre

Accompagné de la maire de Paris Anne Hidalgo, le premier ministre Jean Castex a entamé la tournée d'hommages.
Accompagné de la maire de Paris Anne Hidalgo, le premier ministre Jean Castex a entamé la tournée d'hommages.Image: sda
Plusieurs hommages ont été rendus samedi par les autorités à Paris et Saint-Denis pour commémorer les attentats du 13 novembre 2015. L'atmosphère était hautement symbolique, au moment où le procès éprouve les victimes et façonne la mémoire collective de ces attaques.
13.11.2021, 15:1914.11.2021, 10:38

Accompagné notamment de la maire de Paris Anne Hidalgo, le premier ministre Jean Castex a entamé la tournée d'hommages par un dépôt de gerbe suivi d'une minute de silence devant le Stade de France, avant de prendre la direction des terrasses de cafés et du Bataclan à Paris, où des commandos téléguidés par le groupe Etat islamique (EI) avaient tué 130 personnes et fait plus de 350 blessés en 2015, semant l'effroi dans le pays.

De son côté, la vice-présidente des Etats-Unis, Kamala Harris, qui achève samedi une visite de quatre jours en France, a déposé peu après midi un bouquet de fleurs blanches en face de la terrasse du bar Le Carillon. Elle a ensuite traversé la rue pour entrer brièvement dans l'établissement.

Devant le Bataclan, le nom de chacune des 90 personnes qui ont péri dans la salle de concert a été prononcé.
Devant le Bataclan, le nom de chacune des 90 personnes qui ont péri dans la salle de concert a été prononcé.Image: sda

Cette série d'hommages s'achèvera en soirée avec la minute de silence qui doit être observée juste avant le coup d'envoi du match France-Kazakhstan (20h45) au Stade de France.

Une commémoration plus importante que jamais

Devant le Bataclan, les rescapés et les proches des victimes ont écouté avec émotion résonner sous la grisaille le nom de chacune des 90 personnes qui ont péri dans la salle de concert.

Après une cérémonie sans public en 2020 à cause de la pandémie, la commémoration paraît plus importante que jamais, en parallèle d'un procès historique qui ravive depuis septembre avec force détails le souvenir de l'attaque terroriste la plus meurtrière jamais commise en France.

«L'année dernière, on nous a interdit de venir et on l'a tous très mal vécu. Cette année, il y a un vrai besoin de se retrouver, renforcé par le procès», lâche un témoin devant Le Bataclan.

Six ans après ces attentats, la menace terroriste reste très élevée en France, mais prend désormais de nouvelles formes. Comme l'ont montré les assassinats d'une fonctionnaire de police en avril à Rambouillet (Yvelines), ou de l'enseignant Samuel Paty en octobre 2020, elle est désormais portée par des assaillants plus «autonomes» dont le lien avec les organisations terroristes s'est largement distendu. (ats)

Le procès hors normes des attentats de Paris a débuté

1 / 18
Le procès hors normes des attentats de Paris a débuté
source: sda / ian langsdon
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Plus d'articles sur le procès des attentats du 13 novembre

Il a fallu bâtir un tribunal hors norme pour le procès du Bataclan

Link zum Artikel

«Vivre à Paris après les attentats? Impossible. On est rentré en Suisse»

Link zum Artikel

Salah Abdeslam est le détenu le plus surveillé de France

Link zum Artikel

Le procès des attentats du 13 novembre 2015: On en est où?

Link zum Artikel
Les militaires ont pris le pouvoir au Burkina Faso
Les militaires ont chassé le président Marc Roch Christian Kaboré, plongeant dans une nouvelle crise ce pays sahélien miné par d'incessantes attaques jihadistes.

Le Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR) «qui regroupe toutes les composantes des forces de défense et de sécurité a ainsi décidé de mettre fin au pouvoir de Marc Roch Christian Kaboré ce 24 janvier 2022», a annoncé le capitaine Kader Ouedraogo, entouré d'une quinzaine de militaires à la télévision.

L’article