DE | FR

L'initiatrice de #balancetonporc ne sera pas condamnée

Bild

Instagram Sandra Muller

La Cour d'appel a annulé mercredi la condamnation pour diffamation de la journaliste Sandra Muller. Celle qui avait lancé le hashtag #balancetonporc a bénéficié du principe de la bonne foi.



La justice française a rejeté mercredi en appel la condamnation de la journaliste et initiatrice du mouvement #balancetonporc Sandra Muller. Le demande de l'homme qui la poursuivait en diffamation a été rejetée.

Bénéfice de la bonne foi

En première instance, Sandra Muller avait été condamnée, en septembre 2019, à payer 15 000 euros, soit près de 16 000 francs, de dommages et intérêts à Eric Brion qu'elle avait accusé de harcèlement sexuel.

«Même si Eric Brion a pu souffrir d'être le premier homme dénoncé sous le #balancetonporc, le bénéfice de la bonne foi doit être reconnu à Sandra Muller», a estimé la Cour d'appel de Paris.

«Un immense soulagement»

«C'est évidemment un immense soulagement pour Sandra Muller et pour nous après un combat judiciaire long et difficile», a commenté l'avocate de la journaliste, Jade Dousselin.

L'avocate a salué une décision «courageuse et historique». «La cour d'appel dit aux victimes, à toutes celles qui ont parlé, à toutes celles qui ont dit la vérité: 'celles là, la justice ne les condamnera pas'», a-t-elle ajouté.

Le 13 octobre 2017, Sandra Muller avait écrit dans un tweet: «#balancetonporc!! toi aussi raconte en donnant le nom et les détails un harcèlent (sic) sexuel que tu as connu dans ton boulot. Je vous attends».

Une vie «totalement brisée»

Quatre heures plus tard, elle publiait un autre message sur le réseau social: «'Tu as des gros seins. Tu es mon type de femme. Je vais te faire jouir toute la nuit' Eric Brion ex patron de Equidia #balancetonporc».

«A partir de la publication de ce tweet, ma vie a été totalement brisée», avait affirmé lors du procès en première instance Eric Brion, consultant et ancien directeur général de la chaîne de télévision Equidia.

Mouvement mondial

Reprenant ce mot-clé ou son équivalent en anglais #Metoo (#MoiAussi), à la suite du scandale du producteur américain Harvey Weinstein, des milliers de femmes avaient alors pris la parole pour dénoncer harcèlement ou agressions sexuelles.

Plus d'articles sur les femmes

La Suisse compte tout donner pour le droit des femmes

Link zum Artikel

Colère en Turquie après l'abandon d'un texte protégeant les femmes

Link zum Artikel

Les Australiennes en ont ras-le-bol des violences sexuelles

Link zum Artikel

La recherche néglige la santé des femmes et en Suisse on en a marre

Link zum Artikel

Trump attaqué en justice par des policiers du Capitole

Les agents réclament des compensations d'au moins 75 000 dollars chacun. Ils accusent Trump d'avoir incité au violent assaut, le 6 janvier 2021, contre l'institution américaine.

Deux agents de la police du Capitole ont porté plainte contre l'ancien président Donald Trump pour avoir incité au violent assaut, lancé le 6 janvier, contre l'institution américaine. Un policier était décédé.

Des dizaines d'autres avaient été blessés lors de cet épisode qui a profondément marqué l'Amérique. Les deux hommes à l'origine de la plainte, James Blassingame et Sidney Hemby, disent avoir subi des «blessures physiques et psychologiques» lors des affrontements, selon eux …

Lire l’article
Link zum Artikel