DE | FR

Renault mis en examen pour avoir trompé les contrôles antipollution

Bild

Image: Keystone

Le constructeur automobile français est accusé d’avoir installé un logiciel sur ses voitures diesel pour tromper les contrôles antipollution, tout comme Volkswagen en 2015.



Le «Dieselgate» s'étend à la France. Mardi 8 juin, Renault a été mis en examen pour tromperie: le constructeur est accusé d’avoir installé un logiciel sur certaines de ses voitures diesel pour tromper les contrôles antipollution.

Il s'agit de tous les véhicules de la génération Euro 5 (2009-2011) et Euro 6B (2013-2017). Renault nie toute accusation et rappelle que ses voitures ne sont «pas équipées de logiciels de fraude aux dispositifs de dépollution».

La justice a demandé au constructeur de déposer une caution de 20 millions d'euros, dont 18 millions pour l'éventuel paiement d'amende et de dommages et intérêts, et de donner une garantie bancaire de 60 millions d'euros pour des indemnisations éventuelles, précisent les Echos.

Scandale en Allemagne

Le terme Dieselgate désigne à l'origine le scandale éclaté en septembre 2015 en Allemagne, lorsque Volkswagen avait avoué avoir utilisé un logiciel capable de minimiser les émissions polluantes de ses véhicules lorsqu'ils se trouvaient sur les bancs d'homologation.

A la suite de cela, des enquêtes avaient aussi été ouvertes en France sur PSA, Renault et Fiat Chrysler, dès octobre 2015. (asi)

L'évacuation et la démolition du Molino, à Lugano

1 / 14
L'évacuation et la démolition du Molino, à Lugano
source: sda / samuel golay
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Black Lives Matter en Suisse: dans le coeur d'une femme noire, un an après

Plus d'articles «Actu»

Eric Zemmour se prépare à faire péter la présidentielle

Link zum Artikel

Sommet Biden-Poutine, Genève accusée d’oublier la liberté d’expression

Link zum Artikel

La Hongrie interdit de «promouvoir» l'homosexualité auprès des mineurs

Link zum Artikel

Israël bombarde la bande de Gaza en réponse à des ballons incendiaires

Link zum Artikel

7 questions pour faire le point sur les brevets liés au Covid

Deux camps s'affrontent à l'Organisation mondiale du Commerce. La Suisse s'oppose farouchement à toute levée des brevets.

Les membres de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) ont avancé d'un brin après des mois de divisions sur une levée de la propriété intellectuelle, aussi dit brevet, pour les vaccins et technologies contre le covid, à laquelle la Suisse est opposée. Ils ont accepté de négocier un texte mercredi, à Genève.

L'idée sous-jacente est simple: si les brevets de Pfizer, Moderna et compagnie sont levés, des pays comme le Brésil ou l'Inde pourraient produire directement des vaccins par leurs propres …

Lire l’article
Link zum Artikel