DE | FR

Sous-marins: Les Français ne vont pas se gêner pour la facture

Image: Shutterstock
Qualifié de contrat du siècle en France, le gouvernement australien va devoir sortir son porte-monnaie pour avoir annulé une commande de douze sous-marins.
23.09.2021, 05:2723.09.2021, 14:35

Le groupe industriel français Naval Group va remettre «dans quelques semaines» à l'Australie une «proposition détaillée et chiffrée» des «coûts» après la rupture du contrat pour la construction de douze sous-marins. Le montant total du contrat s'élevait à 50 milliards de dollars australiens (33,5 milliards de francs).

«L'Australie a résilié le contrat pour convenance, ce qui veut dire d'ailleurs que nous ne sommes pas en faute. C'est un cas qui est prévu dans le contrat et qui donnera lieu à un paiement de nos coûts engagés et à venir, liés à la démobilisation physique des infrastructures et informatique ainsi qu'au reclassement des employés. Nous ferons valoir tous nos droits.»
Le directeur du groupe industriel français, Pierre Éric Pommelet
Le Figaro

Une transaction qui est passée de 50 à 90 milliards

Naval Group avait été sélectionné en 2016 par Canberra pour fournir douze sous-marins à propulsion conventionnelle, dérivés des sous-marins nucléaires français Barracuda, dont la France commence à se doter. Seules les premières phases du contrat ont été conclues.

En prenant en compte l'inflation sur la durée du programme et les dépassements de coûts, le montant de la transaction passe de 50 milliards de dollars australiens à 90 milliards. Qualifié de «contrat du siècle» en France, il s'agissait du plus important contrat pour du matériel de défense jamais passé tant par un industriel français que par l'Australie.

Une décision «sans aucun préavis»

Mais le 15 septembre, l'Australie a annoncé qu'elle rompait ce contrat pour finalement se doter de sous-marins à propulsion nucléaire dans le cadre d'un nouveau partenariat dans la région indo-pacifique, avec les Etats-Unis et le Royaume-Uni.

«Cette décision nous a été annoncée sans aucun préavis, avec une brutalité inouïe», a affirmé le directeur général du constructeur. Selon lui, «en aucun cas, Naval Group n'a été sollicité pour proposer des SNA [sous-marins nucléaires d'attaque, ndlr] de classe Barracuda, la toute dernière génération de ce type, à l'Australie. Un tel sujet ne peut être traité qu'au plus haut niveau de l'Etat.» (ats/jch)

En attendant la facture (salée): On a tenté de sortir d'un escape game inspiré de Shining

L'actualité internationale vous intéresse? Par ici

Un géant de l'immobilier vacille en Chine et les marchés mondiaux chutent

Link zum Artikel

Vous planifiez vos vacances d'automne? Ce que vous devez savoir

Link zum Artikel

La Chine est-elle à l'aube d'une dictature digitale?

Link zum Artikel

Angela Merkel part après 16 ans de règne, quel est son héritage?

Link zum Artikel

Le choix des sous-marins américains est une claque pour la France

Link zum Artikel

Pourquoi Al-Qaïda pourrait menacer l'Afghanistan d’ici à 2 ans?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

À la fin, il n'en restera qu'un!

Les dirigeants des grandes puissances étaient réunis ce week-end au Royaume-Uni pour un sommet censé remettre le monde sur pied après la pandémie. C'est la traditionnelle photo de famille qui a inspiré la twitterie. Et qui dit plage, dit Denis.

Lire l’article
Link zum Artikel