DE | FR
Image: Shutterstock

L'augmentation du nombre de «bébés Covid» inquiète en France

De plus en plus de petits enfants se révèlent positifs à Omicron dans le centre hospitalier universitaire de Bordeaux. Si ces «bébés Covid» présentent rarement des formes graves, dans les hôpitaux, on vante tout de même l'importance de la vaccination infantile.
13.01.2022, 15:2214.01.2022, 07:19
Suivez-moi

A Bordeaux, en France, les inquiétudes quant à l'augmentation des cas Covid ne portent pas que sur les adultes. Depuis plusieurs jours, le centre hospitalier universitaire (CHU) de la ville fait face à l'arrivée conséquente de très jeunes patients, rapporte le 13 janvier Le Parisien.

Lundi, Brigitte Llanas, la cheffe de l’ensemble du pôle pédiatrie de l'hôpital en déplorait «une dizaine, en quelques heures». Ce mercredi 12 janvier, huit autres enfants ont été recensés. Parmi cette proportion quelque peu inquiétante, un nourrisson de trois mois. Son père alerte:

«Les bébés Covid, c’est rare, mais ce malheur peut arriver»

Pas de formes graves, mais l'inquiétude plane

Ces mini-infectés présentent de la fièvre et de la toux, parfois même des troubles digestifs. Des symptômes liés à une contamination à Omicron, selon l'urgentiste de l'hôpital. Toutefois, la gravité de ce variant Covid n'inquiète pas tant que ça les médecins: «Omicron n’est pas plus sévère pour les enfants, les formes graves restent exceptionnelles», insiste le professeur Olivier Brissaud, le patron de la réanimation.

Au CHU de Bordeaux, ce qui alarme davantage, c'est le manque de personnel pour gérer l'afflux. Le journal français note des difficultés de recrutement de personnel et un taux d'absentéisme «qui flirte avec la barre des 15% contre environ 7% avant la pandémie»

Pour faire face au manque de personnel d'un côté et à la hausse des cas Covid pédiatriques – souvent combinés aux virus hivernaux – de l'autre, la cheffe de pôle insiste auprès du Parisien sur la nécessité d'être vacciné, même lorsqu'on est un enfant: «Cela a un bénéfice collectif, mais aussi individuel, le vaccin les protège non seulement des formes graves de Covid, mais aussi de la survenue de PIMS – le syndrome inflammatoire pouvant apparaître après la contamination de l'enfant.»

Pensez-vous que les enfants doivent être vaccinés contre le Covid?

Une année de Covid-19 en Suisse, retour en images

1 / 17
Une année de Covid-19 en Suisse, retour en images
source: keystone / jean-christophe bott
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

16 ans face à l'extension du certificat Covid

Plus de Covid? En veux-tu en voilà

Tanja Stadler: «Il est trop tôt pour dire si nous nous ferons vacciner régulièrement»

Link zum Artikel

«On pourra se détendre mi-avril»: ce virologue se montre optimiste sur Omicron

Link zum Artikel

Genève «se dirige vers une sortie de crise» +++ Record de cas en Russie

Link zum Artikel

Les vaccinés à bout envers les non-vaccinés? «Il y a un grand malaise»

Link zum Artikel
Passe vaccinal en France: tout ce qui change, y compris pour les Suisses
De nouvelles mesures seront bientôt appliquées en France avec l'arrivée imminente du passe vaccinal, le 24 janvier. De quoi parle-t-on? On fait le point en sept questions.

Après deux semaines de débats, le Parlement français a définitivement adopté le projet de loi de «Renforcement des outils de gestion de la crise sanitaire», visant à faire muter le passe sanitaire vers un passe vaccinal. Il entrera en vigueur le lundi 24 janvier, comme l'a annoncé le Premier ministre Jean Castex lors d'une conférence de presse jeudi.

L’article