International
France

Mort de Nahel à Nanterre: les violences continuent en France

Mort de Nahel: nuit de violences dans plusieurs villes de France

Police forces clash with youths in Nanterre, outside Paris, Thursday, June 29, 2023. The death of 17-year-old Nael by police during a traffic check Tuesday in the Paris suburb of Nanterre elicited nat ...
Des policiers affrontent des jeunes à Nanterre, en banlieue parisienne, dans la nuit de mercredi à jeudi.Keystone
Toulouse, Lyon, Nice, mais aussi Reims, Amiens et Dijon, l'émotion suscitée par le drame qui a eu lieu à Nanterre a engendré des affrontements entre des jeunes et les forces de l'ordre dans tout le pays.
29.06.2023, 13:10
Plus de «International»

Les violences se sont poursuivies dans la nuit de mercredi à jeudi dans de nombreuses communes de banlieue parisienne, après la mort d'un adolescent de 17 ans tué par un policier après un refus d'obtempérer. Elles se sont propagées à d'autres villes de France.

Un gigantesque «feu d'artifices»:

Plutôt calme en début de soirée, la situation s'est ensuite tendue à Nanterre, déjà théâtre d'affrontements entre habitants et forces de l'ordre la nuit dernière. Plus d'une dizaine de voitures et des poubelles ont été incendiées et des barrières ont été placées sur la route.

Des affrontements se poursuivaient vers 01h00, avec des jets de pavés auxquels les forces de l'ordre répondaient par des tirs de gaz lacrymogène. Le poste de sécurité de l'entrée du domaine de la prison de Fresnes – qui donne accès aux résidences des surveillants, à la maison d'arrêt, à la maison d'arrêt des femmes ou encore à l'hôpital pénitentiaire – a été attaqué au mortier d'artifice par des émeutiers:

«Ils n'ont pas pénétré dans l'enceinte de la prison. Les forces de l'ordre ont vite été appelées»
Une source policière

La vidéo de l'attaque, postée sur Twitter:

Vidéo: watson

Une vingtaine de communes de Seine-Saint-Denis ont également recensé des incidents.

Tensions à Lyon

Des heurts ont aussi éclaté peu après 20h00 à Toulouse, où plusieurs véhicules ont été incendiés et des policiers et pompiers ont reçu des jets de projectiles, selon une source policière. Dans plusieurs quartiers de Dijon, les autorités ont fait état de poubelles incendiées et de tirs de fusées d'artifice.

A Lyon et dans son agglomération, les forces de l'ordre ont été visées par des mortiers d'artifice. A Vaulx-en-Velin, le commissariat a été pris pour cible. Des tensions ont aussi été recensées à Roubaix, Amiens et Nice, selon une source policière.

150 interpellations

Un total de 150 personnes ont été interpellées dans la nuit, a rapporté Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, qui a dénoncé des violences «insupportables contre des symboles de la République».

«Des mairies, écoles et commissariats ont été incendiés ou attaqués. Honte à ceux qui n'ont pas appelé au calme»
Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieurtwitter

Le drame qui a coûté mardi matin la vie à Nahel a continué de susciter un flot nourri de commentaires politiques toute la journée de mercredi. Une vidéo circulant sur les réseaux sociaux a montré qu'un des deux policiers intervenus tenait le jeune conducteur en joue, puis qu'il a tiré à bout portant quand la voiture a redémarré.

Le jeune homme est décédé peu de temps après avoir été atteint au thorax. L'officier soupçonné du tir mortel, âgé de 38 ans, est interrogé par l'inspection générale de la police nationale (IGPN) dans le cadre de l'enquête pour homicide volontaire ouverte par le parquet. (ats/jch)

Tensions à Nanterre après la mort de Naël
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pékin «n'a pas le droit de punir» les Taïwanais
Le président Lai a rappelé que la Chine n'a pas le droit d'agir comme elle l'entend, après l'inclusion de la peine de mort visant les sécessionnistes taïwanais.

Le président taïwanais Lai Ching-te a déclaré lundi que la Chine n'avait «pas le droit de punir» les Taïwanais, après l'inclusion vendredi par Pékin de la peine de mort dans de nouvelles sanctions pénales visant les sécessionnistes taïwanais présumés.

L’article