DE | FR

Cinq nouvelles personnes seront jugées dans le cadre de l'affaire Mila

La jeune Mila lors du procès en juillet.
La jeune Mila lors du procès en juillet.Image: sda
Nouveau rebondissement dans l'affaire Mila: cinq personnes placées mardi en garde à vue seront jugées en avril pour «harcèlement moral en ligne» et «menaces de mort».
29.09.2021, 19:1130.09.2021, 09:49

Quatre femmes et un homme, âgés de 18 à 38 ans et originaires de Seine-et-Marne, de l'Ardèche, de l'Yonne et du Doubs, ont été placés en garde à vue le 28 septembre, a indiqué le parquet de Paris, confirmant une information du Parisien.

Suspectées d'avoir cyber-harcelé et menacé de mort Mila après sa publication d'une vidéo polémique sur l'islam, elles seront jugées les 11 et 12 avril pour «harcèlement moral en ligne» et «menaces de mort».

11 personnes déjà condamnées

En juillet, le tribunal correctionnel de Paris a déjà condamné à des peines de quatre à six mois de prison avec sursis dix personnes pour «harcèlement en ligne» et la onzième, une jeune femme de 18 ans, pour «menaces de mort». Un douzième prévenu a bénéficié d'un vice de procédure et le dernier a été relaxé faute de preuves.

Concernant les cinq personnes qui seront jugées en avril, quatre d'entre elles se voient reprocher des messages diffusés avant le procès, selon une source proche de l'enquête, tandis que le message incriminé concernant la cinquième personne serait postérieur au procès. (ats)

Le gala du MET 2021

1 / 12
Le gala du MET 2021
source: sda / justin lane
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Ces vidéos d'étudiants iraniens battus par la police inondent Twitter
Samedi, de nombreux extraits où l'on voit les forces de l'ordre iraniennes battre des étudiants aux abords de plusieurs universités du pays ont fait le tour d'Internet. La police a accusé les médias internationaux de «répandre des mensonges».

La répression pour faire taire la révolte est à son apogée en Iran. Alors que les manifestations continuent suite au décès de Mahsa Amini le 16 septembre dernier, des médias locaux rapportent que les forces de l'ordre de Téhéran ont eu, samedi 1er octobre, recours à la violence contre des étudiants.

L’article