en partie ensoleillé
DE | FR
International
France

Affaire Mila: 4 à 6 mois de prison avec sursis pour les cyberharceleurs

Les 11 cyberharceleurs de Mila connaissent désormais leur sort

Les onze jeunes poursuivis pour cyberharcèlement dans l'affaire Mila ont été condamnés à 4 à 6 mois de prison avec sursis. Un non-lieu a aussi été prononcé pour vice de procédure.
07.07.2021, 10:1207.07.2021, 22:55
Plus de «International»

La sentence est tombée ce mercredi 7 juillet. Les onze jeunes jugés pour avoir participé au cyberharcèlement de Mila après sa vidéo polémique sur l'Islam sont condamnés à 4 à 6 mois de prison avec sursis.

«On a gagné et on gagnera encore»

Un autre prévenu a bénéficié d'un vice de procédure et un dernier a été relaxé faute de preuves.

«On a gagné et on gagnera encore. Je ne veux plus jamais qu'on fasse culpabiliser les victimes», a affirmé Mila à la sortie du tribunal.

Amendes pour les souffrances occasionnées

Plusieurs prévenus ont été condamnés en outre à verser à la jeune femme la somme de 1500 euros en raison des souffrances qu'elle a endurées et à 1000 euros chacun pour les frais d'avocats.

«Nous vous considérons responsables des dommages causés à Mila», a souligné le président de la 10e chambre correctionnelle, Michaël Humbert, en rendant son jugement.

A l'audience, le parquet avait requis des peines de prison avec sursis contre douze des prévenus et sollicité la relaxe d'un treizième.

(ats/hkr)

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
L'étrange timing de la mort de Navalny
Que s'est-il réellement passé le jour de la mort d'Alexeï Navalny? Les recherches menées par les médias russes révèlent de nombreuses incohérences.

Qualifier Vladimir Poutine de dictateur est justifié. Le Kremlin lui-même l'a confirmé, en décembre 2022. «Il n'y a pas de pouvoir plus grand que la parole du président», avait à l'époque déclaré le président du Conseil de la Fédération, la chambre haute du Parlement, fidèle à Poutine.

L’article